Cette critique a été réalisée en collaboration spéciale avec Joannie Bernier.

Sonata Arctica est originaire de Kemi en Finlande. Le groupe fut fondé en 1996. Il était baptisé sous le nom de Tricky Beans. Ils ont produit trois démos sous ce nom. Il fut rebaptisé en 1999 après la sortie du démo fullmoon qui a  été publié sur l’album Ecliptica.

Présentement, le groupe est composé de:

  • Tony Kakko, à la voix et compositeur
  • Marko Paasikoski, à la basse
  • Henrik Klingenberg, au clavier
  • Tommy Portimo, à la batterie
  • Elias Viljanen, à la guitare.

Il ne reste que seulement deux membres fondateurs au sein du groupe (Tony et Tommy). On s’entend pour dire que c’est assez rare que les groupes restent intactes, que tout les membres fondateurs reste dans le groupe. Il arrive souvent des petits pépins de parcours. Le groupe compte onze albums dont sept albums studio. Les autres albums sont enregistrer pendant les spectacles. Il y a deux album qui ont été rééditer dont: Silence et Ecliptica. Ce sont deux excellents albums sortis dans le début des années 2000. D’ailleurs, voici les albums studios et leur année de parution:

  • Ecliptica, 1999
  • Silence, 2001
  • Winterheart’s Guild, 2003
  • Reckoning night, 2004
  • Unia, 2007
  • The Days of Grays, 2009
  • Stones grow her name, 2012

Stones grow her name

C’est grâce à leur nouvel album que Sonata Artica fait un retour aux sources et en donne encore plus à leur fan. Pour être une adepte de ce genre de musique, métal mélodieux, c’est un excellent album que nous offre le groupe. Bien que le clavier soit toujours présent, ils reviennent en force avec la guitare électrique totalement plus puissante. Certains morceaux viennent chercher les sons des albums précédents. D’autres, réinventent complètement leur musique. Je les avais délaissé lors de la sortie de album Unia qui, pour ma part, s’éloignait trop de ce qu’ils faisaient à la base. Vous me direz que les groupes doivent se réinventer pour élargir leur horizon et aller chercher le plus de public mais je ne retrouvais plus les arrangements musicaux que j’aimais tant. Je crois qu’ils voulaient prendre le tournant un peu plus commercial. Autrement dit, Ils voulaient peut-être passé à la radio pour aller chercher un autre public. Ce n’est pas si mal mais j’ai seulement ressorti mes vieux albums pour les écouter en attendant leur nouveau « stock ».

Depuis la sortie de Stones grow her name, il ne cesse de virer sur mon ordinateur et mon iphone. Même mon copain qui n’en écoute presque pas aime bien et m’a même dit: Voyons! C’est pas Sonata Arctica. Juste le fait que la guitare soit plus présente et que le son du clavier soit adapté d’un autre façon aide aux nouvelles oreilles d’apprécier leur musique. Je suis fan depuis le secondaire 1. J’en écoute et réécoute. Ils ont marquer mes états d’âme que ce soit avec Don’t say a word pour l’excès de colère ou Tallulah pour les peines de coeur. Nous avons tous une chanson qui saura nous interpeler d’une manière ou d’une autre. Je suis même très contente de pouvoir vous annoncer, fan de Sonata Arctica, qu’il y aura une tournée mondiale pour leur nouvel album, Stone grow her name. D’ailleurs, ils ont été de passage à l’Opera House de Toronto le 11 décembre 2012. Malheureusement, aucune date pour le Québec ce qui me déçoit beaucoup. Aucune note sera émis de ma part car c’est clair que cette note serait parfaite.

Caractéristique

  • Paru le 18 mai 2012 en Europe et le 22 mai 2012 en Amérique
  • Produit sous le Label Nuclear blast records
  • 12 morceaux sur la version deluxe
  • 11 morceaux sur la vesion initial
  • 56 minutes de pur délice

 

Vous pouvez aussi acheter albums, t-shirts, drapeaux et autres articles promotionnels en ligne sur leur site web Sonata Arctica Info
Je vous laisse avec le single de leur album, I have a right, paru le 23 avril 2012à

Laisser un commentaire