banniereCommanditaire-CinemaAmos

Avez-vous déjà pensé comment ce serait de vivre éternellement? Aux conséquences que ça impliquerait sur votre vie ou celle de vos proches, que ce soit amoureux, social ou professionnel? Adaline Bowman elle a eu cette chance, si l’on peut appeler ça comme ça.

Age of Adaline 500x741L’histoire commence avec une jeune femme du nom de Jenny *. Jenny travaille dans une bibliothèque et un jour, elle se fait confier l’aide pour la numérisation d’archives de nouvelles. Elle se remémore toutes ces années vécues dans l’anonymat : le tout a commencé à la suite d’un accident d’auto, Adaline avait alors 29 ans (1937) qui la tua, mais un éclair venu frapper la voiture et agit comme défibrillateur et réanima Adaline (Jenny de son nom d’emprunt actuel). Cependant, une réaction se produisit dans son système et fit en sorte qu’elle ne vieillit plus. Elle vécut ainsi durant près de 70 ans avec sa fille, fuyant la police et déménageant tous les dix ans pour ne pas éveiller les soupçons. Elle s’était aussi promis de ne jamais tomber en amour pour ne pas avoir à révéler son secret, ce qu’elle fit à l’exception d’une fois.

L’avis du gars

Vous devinerez bien sûr que c’est une histoire d’amour, le côté science-fiction s’arrête à la raison pour laquelle Adaline a eu un « sursis » de temps. Ceci dit, les personnages sont bien mis en place, même si l’histoire reste quelque peu prévisible, elle est bien ficelée et chaque scène est cohérente avec le développement. Nous nous attachons à Adaline et nous nous mettons facilement à sa place et vivons les émotions, je pense ici entre autres à son animal de compagnie, auxquelles elle doit faire face et même si nous survolons quelques épisodes de ses 77 ans de sursis, nous comprenons tout à fait pourquoi elle a fait le choix de ne s’attacher à personne.

Malgré que ce ne soit pas le genre de film dont je raffole, j’ai passé un bon moment et honnêtement, messieurs, si vous voulez faire plaisir à votre femme, amener la voir ce film, elle (et vous par le fait même) ne le regrettera pas.

L’avis de La Sorteuse Chronique

Éternelle Adaline : question légendaire en contexte historique

Doit-on s’aventurer au coeur de l’amour sachant bien qu’un jour, la vie prendra fin? C’est la question à laquelle se confronte Adaline, prisonnière du temps suite à un évènement surréaliste, qui l’amène à traverser les âges sans vieillir. Le public, quant à lui, voyage au rythme des décors, costumes et autres références recherchées. Bien que le sujet ne soit pas nouveau, il est intéressant de le retrouver à plusieurs niveaux; qu’en est-il dans pareille situation d’avoir des enfants ou même, des animaux? L’idée que le temps n’est pas linéaire revient se poser par un événement du passé qui nous plonge dans une autre dimension…de quoi revisiter plusieurs choses sous un nouvel angle, ou de faire paranoïer André Sauvé!

Fiche technique

  • Titre original : The Age of Adaline
  • Titre français : Adaline
  • Titre québécois : Éternelle Adaline
  • Réalisation : Lee Toland Krieger
  • Scénario : J. Mills Goodloe et Salvador Paskowitz
  • Montage : Melissa Kent
  • Musique : Rob Simonsen
  • Production : Scott Sanders (en), Ahmet Zappa
  • Sociétés de production : Lakeshore Entertainment, Sidney Kimmel Entertainment et RatPac-Dune Entertainment
  • Sociétés de distribution : Lionsgate et Warner Bros.
  • Budget : 25 000 000 $
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : couleur
  • Genre : Film fantastique, Film romantique
  • Durée : 113 minutes
  • Dates de sortie :
    • Canada et États-Unis :
    • Québec :
    • France :

Distribution

  • Blake Lively (VF : Olivia Luccioni) : Adaline Bowman
  • Michiel Huisman (VF : Patrick Mancini) : Ellis Jones
  • Kathy Baker (VF : Pauline Larrieu) : Kathy Jones
  • Harrison Ford (VF : Richard Darbois) : William Jones
  • Ellen Burstyn (VF : Sylvie Genty) : Flemming
  • Amanda Crew (VF : Karine Foviau) : Kiki
  • Richard Harmon (VF : Olivier Podesta) : Tony
  • Mark Ghanimé : Caleb
  • Anjali Jay Dominique Lelong : Cora
  • Anthony Ingruber (VF : Hervé Grull) : le jeune William
  • Barclay Hope (VF : Olivier Destrez) : Stanley Chesterfield
  • Peter J. Gray : Clarence James Prescott
  • Lynda Boyd (VF : Brigitte Aubry) : Regan
  • Alison Wandzura : Greencar
  • Chris William Martin : Dale Davenport
  • Toby Levins (VF : Olivier Jankovic) : le superintendant
  • Robert Moloney (VF : Serge Faliu) : le conseiller financier

Laisser un commentaire