Fantastic Beasts and Where to Find Them sera à l’affiche le 18 novembre 2016.

Dans les années 1920, Newt Scamander, un sorcier qui étudie les animaux fantastiques, débarque à New York avec une mallette remplie de mystère. Au même moment, la ville est terrifiée par un étrange phénomène de destruction magique. Malheureusement pour Newt Scamander, il se fera accuser de ce phénomène puisqu’il transporte avec lui une tonne d’animaux les plus exotiques les uns que les autres. Et quelques-uns réussiront même à s’enfuir et à sommer la pagaille dans la ville.

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je dois dire que j’ai été déçu de la projection que j’ai vue. Lors de l’avant-première en anglais, la présentation a été faite en IMAX 2D. Yéééééé ! Un film en 2D ! Néanmoins, j’ai l’impression que le film a été tourné à la base en 3D et ce qui a été présenté en IMAX 2D était que l’un des deux côtés de la 3D. Pourquoi ce doute ? C’est bien simple. Plusieurs éléments assez basiques du film étaient flous ou avaient des mouvements saccadés. Par exemple, il y a un plan au début du film où la caméra fait un 360 degrés pour nous montrer l’environnement magique. Cette scène avait un manque flagrant au niveau du taux de rafraîchissement de l’image (frame rate). Ou encore, le générique d’ouverture était flou. Ce n’est pas normal que du texte soit illisible parce qu’il y a un petit mouvement. Je pourrais sortir plusieurs autres exemples du même genre où il y avait des manques de profondeur ou que les effets visuels semblaient être sur différents calques (layers).

Outre ce grand inconvénient visuel lors de la projection, je serais curieux de voir si Fantastic Beasts and Where to Find Them a réellement ce problème dans d’autres formats (3D régulier, IMAX 3D, ou 2D régulier si disponible). Cependant, je dois dire que je n’ai pas assez apprécié le film pour vouloir me retaper 133 minutes pour voir s’il y a une différence.

Ouais… je n’ai pas tellement apprécié le film dans sa globalité. Il y a plusieurs moments bien intéressants, mais il manque un petit quelque chose afin de remplir les trous de ce divertissement cinématographique.

Dans un premier temps, le film est très, mais très long ! Et ça prend un bon moment avant que le scénario nous révèle l’intrigue principale. Il y a facilement une heure et demie où l’on nous présente à ce nouvel univers de la saga des Harry Potter qui se déroule avant les 7 années d’Harry Potter à Hogwarts. En gros, j’ai trouvé que le scénario nous a fait un long préambule pour les 4 prochains films annoncés. Par moment, l’histoire s’attarde plus aux créatures magiques et fantastiques de Newt Scamander que de développer le contexte et l’univers des sorciers. Oui, il y a de mignonnes petites bêtes et d’autres qui sont terrifiantes visuellement. La mallette et son univers qu’elle contient sont grandement plus intéressants que le reste du film. C’est un peu dommage.

– Par moment, j’ai eu l’impression que Newt Scamander jouait à une version réelle de Pokémon GO où il chassait les créatures dans Central Park. Eille ! Ça ferait un bon concept pour Niantic et les rumeurs d’un Harry Potter GO ! –

Dans un second temps, comme je le mentionnais, les effets spéciaux ne sont pas toujours au rendez-vous. J’ai trouvé que les combats de magie sont présentés pour nous en mettre plein la vue. Les effets m’ont paru garrochés et c’est un peu un foutoir de textures surexposées. Par contre, n’étant pas un grand amateur d’Harry Potter et n’ayant pas vu tous les films, c’est peut-être le style d’effets spéciaux qui existe dans l’univers de ces films.

Il n’y a pas que du négatif dans Fantastic Beasts and Where to Find Them. J’ai bien aimé la différence de mentalité entre la pratique de la magie au Royaume-Uni (Newt Scamander) et celle en Amérique. Cela apporte un aspect très intéressant à la franchise, malgré le fait que ce ne soit pas tellement exploité dans ce film. Il y a aussi des moments touchants entre Jacob et Queenie. Mais tous ces petits éléments n’aident pas à bâtir et à ficeler le scénario.

Bref, il y a quelques moments drôles et amusants, mais ce n’est pas assez pour me plaire et me divertir. Je crois qu’un fan d’Harry Potter va beaucoup plus apprécier Fantastic Beasts and Where to Find Them. L’idée de base de ce film était intéressante, mais c’est vraiment le scénario qui vient étirer la sauce pour une introduction à d’autres films. À voir avec les autres films. Mais je crois que le film Fantastic Beasts and Where to Find Them a trouvé un nouveau filon à exploiter dans cet univers de magie et de fantastique

 

Fantastic Beasts and Where to Find Them

  • Réalisation : David Yates
  • Scénario : J. K. Rowling
  • Interprètes : Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Alison Sudol, Ezra Miller, Samantha Morton, Jon Voight, Carmen Ejogo, Colin Farrell
  • Fantastique
  • Royaume-Uni
  • 133 min
  • Anglais (aussi en français)
  • http://www.fantasticbeasts.com/
  • 18 novembre 2016
[Critique Film] Fantastic Beasts and Where to Find Them
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les créatures fantastiques
  • L'univers de la mallette de Newt Scamander
  • Dan Fogler dans le rôle de Jacob Kowalski
Les moins
  • Les effets spéciaux
  • Le IMAX 2D
  • Un scénario trop long
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.