Game of Death a été présenté durant le festival SXSW 2017. La première mondiale a eu lieu le 14 mars dernier et le film sortira en version numérique deux semaines après le festival.

Un bled perdu d’un petit village aux États-Unis, sept amis exploreront l’univers du jeu de société Game of Death. La prémisse est bien simple : « Tuer ou être tué »! Au début, les sept jeunes adultes ne prennent pas au sérieux les règles du jeu… Un de leurs amis en payera le prix cher! La mort subite de leur ami les force à agir vite. Se retourneront-ils les uns contre les autres?

 

Quand j’ai vu passer l’annonce de ce film dans mes courriels, j’ai été curieux après avoir lu que ce film amenait le jeu de plateau (ou de société) d’horreur à un tout autre niveau. À vrai dire, je me suis laissé berné par une phrase aguicheuse. En tant que tel, ce film n’apporte pas beaucoup plus au genre. Ayant vu précédemment quelques films dans ce style durant les éditions passées de Fantasia, je dois dire que Game of Death est bien loin des films comme As The Gods Will de Takashi Miike (même si ce n’était pas un grand film).

Quoique Game of Death risque de plaire à un public de Fantasia et je ne serais pas étonné de le voir à la programmation de 2017. Cependant, j’ai trouvé que le scénario du film est assez mince et prévisible. Le jeu prend une ampleur inattendue pour les joueurs, mais ce n’est pas le cas pour spectateur, car ce n’est pas aussi gros et grandiose qu’espéré. En fait, une des faiblesses du film, c’est qu’on est plongé dans une multitude de styles visuels et de cadrages. Selon le contexte de la scène, le film peut se présenter en 16:9, en VVS (Vertical Video Syndrom), en 2,35:1 ou dans un autre format (en plus des plans stables, de la caméra épaule et des vues à la première personne). En plus, ce n’est pas toujours les mêmes caméras qui sont utilisées, alors la qualité de l’image et les couleurs peuvent varier d’une scène à l’autre. C’est sans compter une des scènes qui auraient été ultra-violentes (gore et sanglait) à voir a été transformées en dessinées animées. Encore une fois, divers styles visuels ont été utilisés et ça donne vraiment l’impression que ce film est une expérimentation visuelle (inachevée?).

Si le scénario est léger et sans réelle surprise, c’est aussi le cas de la performance des acteurs du film. Il y a beaucoup de personnages stéréotypés, ce qui aide grandement à deviner la suite des choses. Game of Death a beau être gore et sanglant, ça ne fait pas de ce film un chef-d’œuvre. Les effets spéciaux qui sont réalisés par Remy Couture ne semblent pas à la hauteur. Peut-être manque-t-il une couche de postproduction pour les rendre encore plus réalistes? Bien que le film ait une touche de rétro-gaming, le film se cherche énormément. Game of Death est un mélange de Jumanji et de Natural Born Killers.

 

Game of Death

  • Réalisation : Sebastien Landry, Laurence « Baz » Morais
  • Scénario : Laurence « Baz » Morais, Sebastien Landry, Edouard Bond / Adapté par Philip Kalin-Hajdu
  • Interprètes : Sam Earle, Victoria Diamond, Emelia Hellman, Catherine Saindon, Nick Serino, Erniel Baez D., Thomas Vallieres, Jane Hackett
  • Horreur
  • Canada, France
  • 73 min
  • Anglais (aussi, en français)
  • http://schedule.sxsw.com/2017/films/69597
  • 14 mars 2017 (première mondiale)
[Critique Film] Game of Death – Présenté à SXSW2017
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • La touche rétro-gaming
  • L'utilisation d'un jeu de société
  • ...
Les moins
  • Le scénario
  • Les effets spéciaux
  • Les différents styles visuels utilisés
2.5Note Finale

Laisser un commentaire