Le Petit Prince prendra l’affiche le 12 février 2016 au Canada.

Ce film n’est pas exactement l’histoire que l’on connait d’Antoine de Saint-Exupéry. C’est plutôt l’histoire de la Petite Fille qui se fait raconter l’histoire du Petit Prince par son voisin. Alors, le spectateur se fait raconter une histoire par l’entremise d’un personnage qui raconte l’histoire classique de Saint-Exupéry.

La Petite Fille et sa mère attendent leur tour pour passer une audition pour la fameuse Académie Werth. Malheureusement, la Petite Fille ne sera pas acceptée. La mère décide d’appliquer le plan B. C’est-à-dire déménager dans le quartier de l’école, comme ça, ils seront obligés de l’accepter. Le jour du déménagement arrive et il reste une cinquantaine de jours avant le début de l’année scolaire. La mère a prévu tout un horaire pour la Petite Fille. Chaque heure et chaque minute sont utilisées afin que la Petite Fille puisse étudier et entrer à l’Académie Werth. Il faut dire qu’elle est déjà sérieuse et adulte pour son âge.

Un jour, tout sera perturbé… Le voisin, un vieux monsieur, perdra son hélice d’avion, ce qui entrainera un gros trou dans la nouvelle demeure de la Petite Fille. Le voisin tentera de se faire pardonner, mais la fille et la mère sont de glace. Un soir pendant que la Petite Fille étudie, elle recevra un avion en papier qui contient la première page de l’histoire du Petit Prince. Avec sa curiosité, elle voudra découvrir la suite de cette histoire. Il s’avère que le vieux monsieur a déjà croisé le chemin du Petit Prince et il sera l’Aviateur dans l’histoire.

C’est alors que la Petite Fille est plongée dans une aventure, celle du Petit Prince. Elle redécouvrira l’enfance qu’elle n’a jamais eu à travers la rencontre de plusieurs personnages, comme le Renard, la Rose, le Serpent, le Vaniteux et le Businessman. Et elle « comprendra qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

 

Avant de voir le film, je me suis questionné à savoir quelle version j’irais voir. C’est un film produit par le Canada et la France, donc les dialogues d’origine sont en français. Mais la version anglaise a une distribution de fou (Jeff Bridges, Rachel McAdams, Benicio del Toro, Marion Cotillard, James Franco, Ricky Gervais, Albert Brooks, Paul Rudd, Paul Giamatti, Mackenzi Foy, Riley Osborne). Et la distribution française est beaucoup moins imposante pour un public québécois (la seule actrice que je connais, c’est Marion Cotillard).

Alors, j’ai quand même décidé de voir la version française. Je n’ai pas été déçu. La version française est très bien et les personnages sont bien interprétés. Après tout, ce n’est que des voix en post-synchro. Peu importe qui les fait, ce qui est important pour un film d’animation, c’est de vivre les émotions à travers les personnages et de l’histoire. Et c’est réussi pour Le Petit Prince.

 

Le Petit Prince est un film d’animation qui mélange deux types d’animation. Il y a, en grande majorité, de l’animation de synthèse (pour les personnages en 3D), et les scènes racontant l’histoire du Petit Prince sont faites en animation image par image. Ce qui donne deux ambiances totalement différentes, mais en même temps, je trouve que c’est un peu trop contrasté entre les deux univers. Par contre, les deux styles sont pleinement exploités et c’est très beau, surtout pour l’animation image par image avec ses riches textures.

Il y a beaucoup de choses qui s’opposent et ce n’est pas que le style visuel. Il y a le quartier où toutes les maisons sont pareilles, soit carrées, grises et industrielles. Mais, il y a la maison du voisin qui contraste avec sa végétation, son côté organique et ses animaux. C’est un peu pour comparer la vie d’adulte plate et ennuyante et celle de l’enfance avec l’imagination, les rêves et la curiosité. Il y a beaucoup de parallèles entre la Petite Fille et le Petit Prince, comme la solitude, les désirs de l’enfance et l’innocence. Ce parallèle se reflète même dans la relation de la Petite Fille et du vieux monsieur. Elle doit apprivoiser cette relation comme le Petit Prince doit le faire avec l’Aviateur et le Renard.

Tout ça porte le spectateur à se questionner sur l’enfance. Est-ce que le projet de vie pour la Petite Fille est trop ambitieux ? Est-ce que c’est trop de pression pour un enfant ? Qu’est-ce qui est le plus important entre un projet de vie ou l’enfance ? C’est bien beau de vouloir que son enfant réussisse et qu’il soit un parfait adulte, mais est-ce que c’est mieux de brimer ses rêves et sa vie d’enfant ?

J’ai trouvé que Le Petit Prince était une ode à l’imaginaire et à la curiosité de l’enfance. Même si l’on grandit, on ne doit pas oublier de rêver et d’utiliser son imagination. Il y a une phrase manquant vers la fin du film qui dit « grandir n’est pas le problème… c’est d’oublier qui est grave ».

Est-ce que l’histoire est intéressante ? Bien sûr, mais j’ai trouvé que le scénario s’étire un peu par moment. Une chance, il y a un vent de fraîcheur quand la Petite Fille plonge complètement dans l’univers du Petit Prince qui est maintenant devenu adulte. Cette aventure dans un monde imaginaire d’adulte où tout est gris et seul le boulot compte. Cela vient justifier l’histoire racontée par le vieux monsieur à la Petite Fille. Dans le fond, il aurait pu lui raconter n’importe quelle histoire et on aurait eu le même résultat. Le scénario réinterprète une histoire connue par tout le monde et c’est sûrement une des forces de ce film. L’histoire du Petit Prince n’est qu’un prétexte pour parler d’un sujet, l’enfance.

La musique du film du Petit Prince est composée par Hans Zimmer qui est connu pour avoir travaillé sur énormément de musique de film. Sa musique vient soutenir à merveille l’émotion et les scènes du film. Hans Zimmer a fait un excellent travail sur la bande originale du film.

 

Bref, le film Le Petit Prince est assez loin de l’histoire originale, ce qui laisse la place à une excellente réimagination du récit de Saint-Exupéry. Ce film s’adresse à un large public, les grands comme les petits. Mais je ne sais pas si les tout petits vont retrouver un plaisir à voir ce film qui est quand même long. Le Petit Prince est un bon divertissement qui fait réfléchir et qui nous plonge dans l’imaginaire. C’est un film que je recommande à voir.

 

Le Petit Prince

  • Réalisation : Mark Osborne
  • Scénario : Irena Brignull, Bob Persichetti
  • Histoire : Mark Osborne, basé sur le récit d’Antoine de Saint-Exupéry
  • Interprètes :
    • Anglais : Jeff Bridges, Rachel McAdams, Paul Rudd, Bud Cort, Marion Cotillard, Benicio del Toro, James Franco, Ricky Gervais, Paul Giamatti, Riley Osborne, Albert Brooks, Mackenzie Foy
    • Français : Clara Poincaré, Andrea Santamaria, André Dussollier, Florence Foresti, Guillaume Gallienne, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Laurent Lafitte, Vincent Lindon, Guillaume Canet, Pascal Légitimus, Bernard Tiphaine
  • Animation
  • Canada, France
  • 106 min
  • Anglais ou français
  • http://www.lepetitprince-lefilm.com/
  • Vendredi 12 février 2016 (Canada), 18 mars (États-Unis)

Laisser un commentaire