L’origine des espèces est à l’affiche depuis le 22 avril 2016.

Ce film a été présenté durant la dernière édition Festival du Nouveau Cinéma (FNC). C’était un des films que je voulais voir, mais pour une raison x, sûrement à cause d’un conflit d’horaire avec une autre présentation, je n’y ai pas assisté. Alors, quand j’ai vu que le film sortait le 22 avril, je me suis dit que c’était ma chance de voir L’origine des espèces.

Le lendemain de son 37e anniversaire, David (Marc Paquet) retrouve sa mère (Élise Guilbaut) pendue à un arbre. Son père (Marc Béland) avait promis à la mère de David de ne jamais lui révéler son secret. Étant donné qu’elle n’est plus présente, il décide d’avouer à David qu’il n’est pas son père. Dans ce court laps de temps, tout l’univers de David vient s’écrouler. C’est alors que David tentera de remonter à son origine et de découvrir qui est son véritable père. Durant ses recherches, David déterrera les lourds secrets de sa mère.

 

 

L’origine des espèces est le premier long métrage de Dominic Goyer. Le scénario de ce film est à propos de l’identité, la filiation et l’acceptation du personnage de David et de sa famille. Il y a plusieurs films qui tournent autour de ces thématiques, mais L’origine des espèces réussit à se démarquer par plusieurs éléments du scénario. Il est intéressant de découvrir la vérité sur la mère de David. C’est assez surprenant et ce n’est pas ce que je m’imaginais. Le scénario réussit à accrocher le spectateur avec ces découvertes. Et c’est ce qui est, à mon avis, le plus intéressant de ce film.

Le film mélange des scènes avec des acteurs et des scènes en animation. Le style graphique est assez contrastant avec le reste du film. Mais, ce n’est qu’à petite dose durant le film. L’utilisation de l’animation est là pour montrer les angoisses et le stress. Vers la fin du film, il y a un abyme où le personnage de David présente le film d’animation de sa mère. C’est le moment fort du film. Le réalisateur Dominic Goyer a dit à propos de ce choix artistique : « Je savais que la fiction où se cache la vérité recherchée par David allait être en animation. Cette technique nous permet de montrer les pires atrocités sans être graphique et d’ajouter une forme de poésie visuelle, inhérente à l’animation, à l’horreur de la vérité. » C’est justement ce style visuel qui vient donner un ton supplémentaire au film. Sans ces scènes, le film n’aurait pas autant dégagé cette aura d’angoisse et d’obsession chez les personnages.

Par moment, le scénario a un montage assez rapide, surtout au début. Et ça ralentit par la suite. J’ai trouvé qu’il y avait une cassure au niveau du rythme. En plus, il y a une atmosphère plutôt lourde (l’animation, la musique et les thèmes abordés). Le rythme inégal et l’ambiance non joyeuse n’aident pas à apprécier à sa pleine valeur le scénario. Au moins, il y a quelques scènes qui sont amusantes parce que c’est étrange et un peu malaisant. J’ai bien aimé la majorité du scénario, mis à part la fin qui tombe à plat. C’était intéressant de voir le parcours émotionnel par lequel David passe : Le refuse de la réalité ; Le regret de n’être pas plus présent ; La quête identitaire qui transforme David.

Bref pour un premier long métrage, L’origine des espèces est un bon film. J’ai eu du plaisir à voir ce film. Et la distribution du film est solide et elle met en vedette plusieurs excellents acteurs d’ici comme Marc Paquet, Sylvie De Morais, Élise Guilbaut (quoiqu’elle n’est pas présente longtemps), Germain Houde, Marc Béland. Chacun donne une excellente performance. Cependant, je ne crois pas que ce film va plaire à un très grand auditoire puisque ce n’est pas un film grand public. C’est plus un film d’auteur qu’un divertissement. Ceux qui aiment le cinéma québécois et qui aime des histoires profondes, je vous recommande de voir L’origine des espèces. Pour ceux qui aiment rester dans la salle jusqu’à la fin du générique, il y a une petite scène. C’est un clin d’œil à une scène précédente.

 

L’origine des espèces

  • Réalisation : Dominic Goyer
  • Scénario : Dominic Goyer
  • Interprètes : Marc Paquet, Sylvie De Morais, Élise Guilbaut, Germain Houde, Marc Béland
  • Drame
  • Québec
  • 92 min
  • Français
  • loriginedesespeces.com
  • 22 avril 2016
[Critique Film] L’origine des espèces – Une quête identitaire surprenante
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Une histoire surprenante
  • La distribution
  • L'ambiance
Les moins
  • Des scènes osées
  • Une histoire troublante
  • Le rythme inégal du scénario
4.0Note Finale

Laisser un commentaire