Master (마스터) a été présenté au Cineplex Forum le 6 janvier 2017 et ce pendant deux semaines.

Une équipe d’investigation criminelle enquête sur la compagnie One Network. Celle-ci est soupçonnée d’une fraude gigantesque. Le président Jin de One Network promet à tous ses employés qu’ils peuvent tous être riches et qu’il va construire une île révolutionnaire pour que tous puissent y vivre pleinement. Malheureusement, Jin et ses complices ont plutôt prévu de partir avec l’argent et de laisser tous les employés avec des dettes faramineuses.

Avant de commencer ma critique, je voudrais souligner que le cinéma Cineplex Forum offre souvent des films d’ailleurs et c’est vraiment génial de pouvoir voir et découvrir le cinéma étranger à un prix raisonnable.

Quand j’ai vu que le film Master (마스터) jouait ici, à Montréal, j’ai tout de suite été intrigué par le film puisque c’est un film coréen et que j’adore tout ce qui provient de ce pays. En regardant la bande-annonce, je m’attendais à un film rempli d’action. Par contre, ce n’est pas exactement le cas. C’est, encore une fois, une bande-annonce qui montre les meilleurs moments qui se retrouvent vers la fin du film (et le synopsis reste évasif).

Le scénario est quand même bien ficelé même si le rythme est assez inégal. Dès les premières minutes, on comprend bien que c’est une magouille et que le projet est trop utopique pour être réel. Par la suite, l’enquête policière commence en promettant une belle intrigue, ce qui n’est pas exactement le cas. Le scénario qui dure plus de deux heures s’étire et s’étire toujours plus. Jusqu’à tant que tous les éléments soient en place afin d’arrêter le méchant voleur de fond. Je crois que le film aurait mérité d’être 30 à 40 minutes plus court afin d’être plus concis et plus direct.

Les personnages sont très stéréotypés. Jin, le président de One Network, embobine tous ceux qui sont prêts à investir dans ses projets. Il y a Jang-Goon, le chef de section de One Network, qui est le parfait arnaqueur prêt à tous pour s’enrichir. Mais il a une conscience et la détermination de se racheter bien qu’il change de camp toutes les cinq minutes. Et, il y a Jae-Myung, l’enquêteur principal, qui est intelligent, charismatique, quoiqu’il soit un peu impulsif et agressif dans ses décisions.

L’action n’est pas tellement au rendez-vous, seulement vers la fin. Et je ne peux pas dire que ce soit si palpitant. C’est juste assez pour nous raccrocher à ce long scénario. En plus, je remarque de plus en plus le même genre de schéma narratif dans les films policiers coréens où il y a toujours le même petit dénouement du style : « Ah ! Vous avez cru que nous, les gentils, avons échoué ! Mais non, c’était tout prévu » et le film montre comment ils se sont pris pour flouer le vilain.

Bref, Master (마스터) est divertissant, mais sans être un film exceptionnel. Le scénario démarre lentement et ça reste constant tout le long dans cette lenteur. J’ai été un peu déçu de voir ce film, surtout que c’était mon premier film de 2017 (ouais, mais je fais ma critique un peu tard). La prémisse semblait bien prometteuse, malheureusement, le scénario ne livre pas la marchandise.

 

Master (마스터)

  • Réalisation : Cho Ui-Seok
  • Scénario : Cho Ui-Seok
  • Interprètes : Gang Dong-One, Kim Woo-bin, Byung-hun Lee
  • GENRE
  • Corée du Sud
  • 143 min
  • Coréen avec sous-titre anglais
  • Action
  • http://www.cj-entertainment.com/movies/161013-002/master
  • 21 décembre 2016 : Corée du Sud
  • 6 Janvier 2017 : Canada
[Critique Film] Master (마스터)
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Une prémisse intéressante
  • ...
  • ...
Les moins
  • Un film qui promettait de l'action...
  • Toujours le même tournure dans ce genre de film
  • Des personnages stéréotypés
3.0Note Finale

Laisser un commentaire