Norm_of_the_North_27x39_ANG_LRNorm of the North (Normand du Nord) prendra l’affiche le 15 janvier 2016.

Au Pôle Nord, la vie des animaux polaires était bien normale dans ce territoire glacial. Maintenant, les humains arrivent par bateaux de croisière pour visiter le Nord. Tout ça, c’est de la faute du promoteur immobilier Greene qui veut construire des condos dans le Nord pour encore plus s’enrichir.

Pour la majorité des animaux du Nord, les touristes sont amusants et plaisants puisque les animaux peuvent leur donner un spectacle. Mais, Norm n’est pas charmé par l’idée. Il va même découvrir qu’une étrange cabane est sur leur territoire. Il tentera d’alerter les autres animaux. Cependant, aucun d’entre eux ne le croira. Puisque Norm est un ours polaire, il a une habileté bien spéciale, celle de pouvoir communiquer avec les êtres humains. C’est alors que Norm accompagné de trois petits lemmings partira pour New York afin de contrecarrer les plans du diabolique M. Greene. Arrivé à New York, Norm se fera passer pour une mascotte d’ours polaire. Réussira-t-il à déjouer les plans de Greene ?

Norm of the North est un film qui devrait plaire à un public plus jeune (les enfants). Bien que l’histoire soit ultra prévisible, le scénario se tient très bien et il est quand même amusant pour ce qu’il offre. Ce nouveau film d’animation produit par Splash Entertainment (connu pour avoir produit plusieurs séries animées en 2D et en 3D) réussit à faire une animation très belle tout en donnant beaucoup de style et de personnalité à leurs personnages. Par contre, je trouve qu’il leur manque un petit quelque chose, comme s’ils ne sont pas assez « émotifs » comme ce que fait Pixar, Disney ou encore DreamWorks Animation. C’est peut-être dans le rendu 3D des personnages ou bien, c’est la mise en scène qui ne rend pas justice aux personnages.

Outre les animaux qui ont des traits et des caractères humains (c’est un choix artistique), la plupart des personnages humains sont très caricaturaux par leurs gestes et comportements. C’est surtout le cas du terrible (mais pas si terrible) M. Greene. Les personnages ont souvent des démarches comme un personnage de cartoon (exemple : courir avec les jambes qui font des cercles). Aussi, je trouve que la majorité des personnages sont sans réelle saveur. C’est-à-dire que je n’ai porté aucune importance à leur rôle. Il n’y a pas vraiment d’attachement qui se crée en le spectateur et ce qui se passe à l’écran. À part Norm, les trois lemmings, M. Greene et Vera (l’assistante de Greene) et sa fille Olympia, les autres personnages sont superflus et sans intérêt. Oui, ils sont là pour remplir et mettre de l’interaction dans le film. Par exemple, il y a un oiseau nommé Socrates, il a une longue conversation avec Norm pour le « motiver », mais au final, j’ai trouvé que ça allongeait le film sans apporter de quoi d’intéressant.

Norm est un ours polaire qui sort de la norme, il est charmant (à un certain point), maladroit et surtout émotif (ce qui lui permettra de se démarquer et de devenir le roi du Nord). Puisqu’il peut parler aux humains, il a réussi à s’accoutumer aux habitudes et aux tendances humaines. Pour certains visiteurs, Norm n’a pas sa place au Nord, mais il devrait être à Broadway puisqu’il aime danser et chanter. (Interprété par Rob Schneider)

Les lemmings sont d’attachantes petites bestioles invincibles qui aideront Norm. Ces personnages m’ont fait penser à une version animale des Minions où ils sont des niaiseries tout en étant utile. Cependant, il leur manque un peu de charme pour être aussi attachant que les Minions.

Le doublage en anglais est relativement bien fait et intéressant. Encore là, ça revient à ce que je disais au début. Il manque un peu de magie à la Pixar, Disney et DreamWorks pour rendre le jeu des personnages fantastiques. À part Heather Graham, les autres acteurs, je ne les connais pas.

Je ne sais pas si le film se voulait drôle ou non, mais je crois que les personnages vont plaire à des enfants. Les dialogues ont de temps en temps quelques blagues, par contre, ça revient à des blagues de pètes et il y a souvent une réutilisation des mêmes genres de gags comme les lemmings qui se font écraser de façon « amusante ».

Il y a un moment vers les trois quarts du film où Norm fait une opération séduction pour charmer les gens en espérant les conscientiser que la construction dans le Nord est mauvaise pour l’environnement et la faune. C’est un genre de numéro musical avec de la danse et une grosse chanson en arrière-plan. La scène aurait pu être super intéressante, mais je trouve que ça ne lève pas et que c’est exagéré pour absolument rien.

Bref, Norm of the North ne réussit pas à charmer le spectateur adulte. L’histoire essaie de porter un message, ce qui est bien, mais je crois que la façon de le faire passer est mal exploitée au niveau du scénario. Je ne crois pas que Norm of the North va avoir le même succès que certains films d’animation (Frozen, Sherk, Toys Story) auprès d’un public plus jeune. Mais, ça risque certainement de les amuser durant environ une heure et demie. Finalement, il semblerait que Norm of the North aura deux suites de 45 minutes qui sortiront directement en vidéo.

 

Norm of the North

  • Réalisation : Trevor Wall
  • Scénario : Steven M. Altiere, Daniel R. Altiere, Malcolm T. Goldman
  • Interprètes : Rob Schneider, Heather Graham, Ken Jeong, Colm Meaney, Loretta Devine, Gabriel Iglesias, Michael McElhatton, Bill Nighy
  • Animation
  • États-Unis
  • 2015
  • 86 min
  • Anglais (aussi en français)
  • normofthenorth.movie
  • Vendredi 15 janvier 2016

Laisser un commentaire