L’Énergie Sombre sera à l’affiche le 16 octobre 2015.

Inspiré de faits réels, le film L’Énergie Sombre a été tourné dans lieux qui sont hantés. C’est l’histoire de deux étudiants en anthropologie, Éloïse (Émilie Leclerc) et Étienne (Sébastien Huberdeau), qui font des recherches sur le paranormal pour l’un de leurs cours. Pour les aider dans leurs recherches, ils feront appel à la compagnie APPA Paranormal (une vraie entreprise qui se spécialise dans le paranormal). Les seuls indices qu’Éloïse et Étienne ont, ce sont une vidéo d’un homme qui est mystérieusement décédé pendant qu’il enregistrait une vidéo et un objet qui ressemble à une broche aux allures d’un symbole iroquois. Après quelques recherches sur l’objet mystérieux, APPA Paranormal, composé de Jézabelle (Isabelle Blais), Luka (Pierre-Luc Brillant) et Tom (Tommy Lavallée), accepte de poursuivre l’enquête avec les deux étudiants. En premier, ils rendront dans un cimetière iroquois où se situe la tombe à qui appartenant la broche (ça date des premiers colons arrivés en Amérique). Par la suite, leur enquête les mènera dans deux autres lieux hantés où plusieurs phénomènes paranormaux se manifesteront !

L’Énergie Sombre est tournée comme un documentaire. Ce sont les personnages d’Éloïse et d’Étienne qui se partagent la tâche de documenter-tourner le film. Donc, les scènes sont toujours présentées de manière « caméra à l’épaule ». L’Énergie Sombre a beaucoup de similitudes au film The Blair Witch Project (1999) par la façon dont l’histoire est racontée. Quand ce n’est pas les personnages qui filment, les aventures paranormales sont relatées par les caméras qu’APPA Paranormal installe sur les lieux, ou encore par les caméras que les membres possèdent sur leur front. Puisque c’est tourné comme un documentaire, les transitions s’effectuent par un petit mouvement vers le bas pour montrer que le personnage arrête la caméra. Étienne dit souvent qu’il va arrêter de filmer pour économiser les batteries. C’est à ce moment que la transition s’effectue. Je ne peux pas dire que ce genre de réalisation et de montage me plaisent énormément, mais ça fonctionne pour ce type d’histoire. Il y a des scènes qui sont étranges. Il y a des plans de vus faits à partir de la caméra frontale d’Étienne et ça filme la caméra qu’Étienne a entre les mains. Alors, on voit une caméra filmer une autre caméra.

Par contre, les plans vus par les entités paranormales sont très intéressants visuellement. C’est une vision faite avec une lentille fish-eye avec des effets de distorsions. Il y a aussi une riche palette de coloration dans les teints de mauve et de jaune. Ça fait un beau contraste entre ça et les scènes documentaires. Dans ces scènes, il y a aussi des genres d’hallucinations auditives. Ces deux éléments viennent bonifier le côté paranormal du film.

Parlant du côté paranormal de L’Énergie Sombre, la musique vient grandement aider à créer cette ambiance spectrale et mystérieuse. Cependant, durant la projection médiatique au Théâtre Rialto, il y a eu quelques pépins au niveau sonore. La trame sonore était tellement forte que par moment, ça enterrait les dialogues. Au début, je me disais que c’était un effet volontaire comme si la musique devenait le personnage principal. Mais non, c’était seulement un problème technique, le réalisateur en a fait la mention après le film, en disant qu’il n’y aurait pas ça dans les salles de cinéma. La musique monte souvent en intensité à des moments-clés dans le but d’essayer de créer des sursauts chez les spectateurs. Aussi, elle est très présente, ce qui vient amplifier le stress dans le film.

L’histoire de L’Énergie Sombre est intéressante, même si la fin était quand même prévisible. Vers la moitié du film, j’ai émis deux hypothèses de dénouement, et l’une d’entre elles s’est réalisée. Malheureusement, j’ai trouvé la fin un peu décevante et ça finit un peu en queue de poisson. Ce film démontre un excellent travail de réalisation puisque le film n’a pas été subventionné. Ce film est passé par le sociofinancement. L’Énergie Sombre met en vedette plusieurs excellents auteurs d’ici, dont Sébastien Huberdeau, Isabelle Blais, Pierre-Luc Brillant. Leurs performances sont très crédibles. On sent énormément la tension et le stress qu’ils vivent dans cette expérience surnaturelle.

Bref, L’Énergie Sombre est un bon film paranormal-horreur qui essaie de faire peur sans réellement montrer quoi que ce soit. J’ai bien aimé certains aspects du film, dont le scénario qui est très intéressant et les effets visuels utilisés pour les manifestations paranormales. L’Énergie Sombre ne réinvente pas ce genre cinématographique, mais le travail est bien fait. Alors, croyez-vous ou non au paranormal ?

Le film prendra l’affiche vendredi dans la plupart des Cinémas Guzzo, des cinémas Cineplex Odeon et dans quelques cinémas indépendants.

 

 

P = wp : L’Énergie Sombre

  • Réalisation : Léonardo Fuica
  • Scénario : Léonardo Fuica, Yanick St-Yves
  • Interprètes : Sébastien Huberdeau, Isabelle Blais, Pierre-Luc Brillant, Tommy Lavallée, Émilie Leclerc, Sylvie Dumont, Rosie Yale, Léonardo Fuica
  • Compagnie : Productions Fuica, Soner Rock Films Productions, Draconem
  • Horreur, Paranormal
  • Québec
  • 2015
  • 85 min
  • Français
  • Sortie : Vendredi 16 octobre 2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.