Rogue One : A Star Wars Story est à l’affiche depuis le 16 décembre 2016.

Si vous ne voulez pas de SPOILER et ne voulez pas trop en lire sur le film, arrêtez immédiatement et allez lire cette critique sans gâcheur.

Rogue One est le film que j’attendais le plus de 2016. C’était le cas l’an dernier avec Star Wars : The Force Awakens et ce sera aussi les cas pour les prochaines années avec tous ces nouveaux films en développement !

Le film Rogue One : A Star Wars Story vient nous expliquer ce qui s’est passé avant les événements du film A New Hope et le film de 1977 est la suite directe de Rogue One puisque celui-ci se termine quelques instants avant. Dans Rogue One, le scénario nous montre comment les Rebelles ont réussi à mettre la main sur les plans de l’Étoile Noire (Death Star).

Un scientifique impérial nommé Galen Erso est responsable de la recherche avancée des armes. Cependant, il décide de protéger sa famille et de déserter l’Empire. Malheureusement pour lui, le Directeur Krennic le retrouve et le force à compléter cette arme ultime qu’est la Death Star ! 15 ans plus tard, les espions Rebelles ont vent que l’Empire développe cette arme et qu’un pilot impérial, Bodhi Rock, s’est enfui avec quelques informations qu’il veut donner à Saw Gerrera (un personnage que les fans de Star Wars ont pu voir dans The Clone Wars). Les Rebelles envoient l’officier Cassian Andor à la recherche de Jyn Erso, fille de Galen Erso, afin d’éliminer le créateur de la Death Star. Sur leur chemin, Jyn et Cassian rencontreront Baze Malbus et Chirrut Îmwe qui les aideront dans leur quête afin de voler les plans de la Death Star. Réussiront-ils à voler les plans ?

 

 

Histoire et personnages

Dans un premier temps, la plus grosse surprise de Rogue One est qu’il n’y a pas de opening crawl (le texte avant chaque film). L’information avait coulé sur Internet à la mi-novembre, mais puisque c’était plus une rumeur, ça reste encore étonnant au premier visionnement. Ayant vu 2 fois le film dont la seconde fois avec 280 fans de Star Wars, il semble que je ne sois pas le seul à avoir été étonnée. Rogue One brise la tradition, mais en même temps, c’est assez compréhensible. Qu’est-ce qu’il aurait pu y avoir ? Le texte n’aurait pas pu résumer Catalyst, un roman de 352 pages, en quelques phrases. Au moins, il y a le « A long time ago in a galaxy far, far away… » et le titre du film arrive un peu plus tard après la première scène qui se déroule 15 ans auparavant de Rogue One.

Cette première scène donne le ton du film avec beaucoup d’émotion puisqu’on découvre que la mère de Jyn se fait tuer devant ces yeux. C’est cette même charge émotive qui revient à plusieurs autres moments du film. C’est à ce moment que l’on peut commencer à détester le Directeur Orson Krennic qui n’est pas aussi terrifiant et menaçant qu’un Grand Moff Tarkin dans A New Hope. Krennic est un homme plein d’ambitions, mais il n’est pas vu à sa juste valeur.

Par la suite, l’histoire nous présente 15 ans plus tard les protagonistes de Rogue One. Plusieurs petites scènes sont présentes pour nous faire découvrir Cassian Andor [un officier Rebelle sans scrupule], Bodhi Rock [un pilote impérial qui a fui avec des informations sur l’Empire], Saw Gerrera [un vétéran de la Guerre des Clones], Jyn Erso [fille de Galen Erso et prisonnière de l’Empire] et K-2SO [un robot impérial reprogrammé par l’Alliance]. C’est un peu plus tard que Blaze Malbus [un mercenaire] et Chirrut Îmwe [un combattant aveugle qui croit en la Force].

Rogue One nous présente à une panoplie de nouveaux personnages qui sont tous autant attachants les uns que les autres. Mais le film vous réserve une quantité hallucinante de surprises et de caméos ! Tous les personnages sont superbes et chacun a un petit quelque chose de spécial pour cette mission ultra-dangereuse. Bien que Jyn Erso soit fantastique comme personnage, j’ai un petit penchant pour K-2SO qui vient voler la vedette dans certaines scènes avec ses répliques vraiment drôle. Pour vous situer, imaginez Sheldon de The Big Bang Theory dans un corps d’un robot impérial reprogrammé par l’Alliance.

Tous ces nouveaux personnages ont un but précis dans ce film et c’est justement la force de ce film. Mais le film nous réserve beaucoup de surprise ! Plusieurs personnages et vaisseaux de la saga de La Guerre des Étoiles reviennent pour enrichir le film et pour en faire une continuité parfaite avec le film de 1977.

Caméos

Il y a entre autres : Grand Moff Tarkin, Mon Mothma & Bail Organa qui mentionne Obi-Wan, Général Dodonna, Ponda Baba & Dr. Evazan (les deux personnages dans le bar dans A New Hope), Chopper et le vaisseau Ghost de Rebels (que je n’ai pas vu à l’écran), R2-D2 & C-3PO (sans trop de surprise puisqu’ils sont dans tous les films), Gold Leader & Red Leader & plusieurs voix des autres pilotes (ça sûrement un des plus beaux clins d’œil du film), Princess Leia & le vaisseau Tantive IV, des personnages de Clones Wars et Rebels comme Hera Syndulla qui est mentionnée dans un interphone. Il y en a sûrement plusieurs autres que je n’ai pas vu !

Tous ces caméos ajoutent un petit plus à l’histoire. Gareth Edwards et son équipe ont fait un travail de fou afin de nous en mettre plein la vue. Oui, plusieurs de ces personnages sont faits en CGI ou ont utilisé des scènes non-utilisées du film A New Hope. Les plus flagrants sont Grand Moff Tarkin (Peter Cushing décédé en 1994) et la Princesse Leia (Carrie Fisher). Pour Tarkin, je dirais que la brisure temporale et visuelle n’est pas si pire puisque le personnage était déjà vieux dans A New Hope. Cependant à certains moments, ça se sent que ce n’est pas réellement le même acteur. Néanmoins, j’ai quand même été bluffé par sa présence dans le film. Mais c’est Leia qui a le plus grand conflit visuel puisque l’actrice, Carrie Fisher, est encore vivante et qu’on a pu la voir vieille dans The Force Awakens. Mais son caméo donne tellement d’espoir (avant une grande charge émotive) et de crédibilité à la fin de Rogue One.

Une autre surprise, c’est Darth Vader. Oui, on pouvait l’apercevoir dans les bandes-annonces, mais jamais je n’aurais imaginé le voir dans une scène aussi « bad ass » que celle à la fin. La première scène où on le voit fait un clin d’œil à Revenge of the Sith puisque Krennic va le voir sur Mustafar.

 

 

Histoire et effets spéciaux

Tous ces ajouts à Rogue One sont fantastiques et rendent le film encore plus grandiose ! Mais ce n’est pas tout ! L’histoire est tellement riche et remplie de rebondissements, malgré le fait la première heure soit un peu longue. En même temps, ça sert à bien introduire les personnages et le contexte dans lequel A New Hope se déroule.

Il y a certains choix scénaristiques qui peuvent être questionnés. Pourquoi le premier test de la Death Star ne détruit-il que la ville sur Jedha ? En même temps, Alderaan est la première planète à être détruite par cette arme ultime. Néanmoins, je trouve que ça ne montre pas le plein potentiel de cette station de combat. Ce que j’ai adoré de la Death Star, c’est son imposante et impressionnante présence à l’écran. C’est peut-être dû à la façon de la mettre en scène et de l’ajouter à l’écran. Elle semble beaucoup plus dangereuse que celle présente dans les films A New Hope et Return of the Jedi.

Ce n’est pas que la Death Star qui est magistrale. Il y a les Star Destroyers qui sont imposants (référence à la scène sur Jedha). Même le combat final avec l’escadron de l’Alliance contre l’Empire est hallucinant. Rien qu’à y repenser, j’en ai encore des frissons !

Pour les effets spéciaux, c’est comme si A New Hope avait été fait dans les dernières années. Le film nous pousse de nouvelles techniques de CGI et tout est grandiose, gigantesque et majestueux !

Musique

Bien que ce ne soit pas John Williams qui est derrière la trame sonore de Rogue One, Michael Giacchino a fait un tour de force afin de nous plonger dans l’univers fantastique de Williams. La musique est un peu différente, mais Giacchino réussit à donner les mêmes frissons que la musique des autres films. Il y a des airs que vous allez sûrement reconnaître, mais ils sont remis au goût du jour et ils viennent accompagner à la perfection Rogue One. En écrivant mes deux différentes critiques, j’avais en musique de fond la trame sonore du film. Je dois dire qu’elle vient tellement me chercher et me rappelle certains moments d’action et d’émotions !

Décors et costumes

C’est assez fou toute l’attention qui a été mise sur les petits détails dans ce film. Rogue One reprend avec une grande fidélité ce qu’on peut voir dans A New Hope, mais le film le fait de manière encore plus exceptionnelle et c’est dû en grande partie à l’avancée des effets spéciaux (1977 < 2016). Par exemple quand l’Étoile Noire lance son attaque dévastatrice, on croirait revivre la scène tirée du film A New Hope. Comme je le mentionnais plus haut, Gareth Edwards et son équipe ont fait un tour de force avec ce nouveau chapitre de La Guerre des Étoiles !

Rogue One, un film de Star Wars ?

Après avoir vu deux fois le film (et je vais sûrement aller le revoir quelques autres fois), Rogue One fait partie à 100 % de l’univers de Star Wars. Rogue One est un film bien différent des autres films de La Guerre des Étoiles. On se situe un peu plus dans le film de guerre et d’espionnage. Il n’y a pas de politique, ni de Jedis, ni d’entrainement. La Force est mentionnée à quelques reprises, soit par la mère de Jyn ou par Chirrut Îmwe. En même temps, c’est normal puisque les Jedis sont presque tous disparus et que la Force est considérée comme une ancienne religion et de la sorcellerie [citation tirée du film A New Hope].

Je crois qu’un maintenant si l’on veut écouter la saga complète, on se doit de commencer par Rogue One pour ensuite enchaîner avec le film A New Hope puisque ce nouveau chapitre se conclut à quelques heures du début de l’Épisode IV !

Bref

Rogue One est un film rempli de surprises ! L’histoire est totalement géniale bien qu’elle ne soit pas parfaite. Je crois que Rogue One devrait être le premier film à voir dans la saga de La Guerre des Étoiles. Rogue One a sa place dans l’univers de Star Wars bien qu’il ne soit qu’une histoire de Star Wars racontant une péripétie de cette saga. Et Garath Edwards a réalisé un tour de force avec ce nouveau chapitre puisque ce film m’a donné des frissons et de l’excitation et m’a fait passer au travers d’un large spectre d’émotions (et même pleurer lors de mes deux visionnements) ! Rogue One est un film qui donne de l’espoir ! C’est le cas à plusieurs moments comme quand Jyn tente de rallier les troupes pour aller voler les plans ou encore quand on voit Leia dans le Tantive IV.

 

Rogue One : A Star Wars Story

  • Réalisation : Gareth Edwards
  • Scénario : Chris Weitz, Tony Gilroy
  • Histoire : John Knoll, Gary Whitta
  • Interprètes : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Donnie Yen, Mads Mikkelsen, Alan Tudyk, Riz Ahmed, Jiang Wen, Forest Whitaker
  • Science-fiction
  • États-Unis
  • 133 min
  • Anglais (aussi en français)
  • 16 décembre 2016
[Critique Film] Rogue One : A Star Wars Story – Une histoire grandiose ! – AVEC SPOILERS
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Un film complètement dans la lignée des Star Wars
  • Plein de surprises
  • Plein d'émotions
Les moins
  • La première moitié est un peu plus longue
  • ...
  • ...
4.5Note Finale

Laisser un commentaire