VVS_Selfless_PosterEt si vous aviez la chance de prendre possession d’un autre corps pour devenir immortel, le feriez-vous? C’est ce que le film Self/Less (ou en français Im/Mortel) pose comme question aux spectateurs.

Damian (Ben Kingsley) est un milliardaire. Toute sa vie, il l’a consacrée à faire fructifier son argent et son entreprise. Mais, à l’âge de 68 ans, il est diagnostiqué d’une maladie mortelle. Il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Il essaie de réparer les pots cassés avec sa fille Claire puisqu’il n’a pas été présent pour elle (enfance et maintenant). Cependant, elle ne veut pas de lui et de son argent. C’est alors que Damian se fait proposer par le professeur Albright de transférer son esprit dans un corps plus jeune. Cette offre le tracasse et il finit par l’accepter. Damian se retrouvera dans un corps jeune et en santé. Malheureusement, il y a un point négatif à cette nouvelle vie, il devra couper les ponts avec son ancienne vie. Damian (Ryan Reynolds) doit réapprendre à marcher et à vivre dans ce nouveau corps. Après des mois de rééducation et de prise de médicaments pour ne pas faire un rejet, il peut réintégrer la société. Une nouvelle vie commence pour lui. Sport, sexe, party et beurre de peanuts (allergie avec son ancien corps) composeront sa nouvelle vie jusqu’au jour où il ne prendra pas ses médicaments. Il a un spasme, ou plutôt un flashback de la vie de quelqu’un d’autre. Comme si le corps avait des souvenirs, pourtant le médecin lui avait dit que le corps avait été fabriqué synthétiquement, mais ce n’est pas le cas. Damian tentera de retrouver la jeune femme (Madeline) et l’enfant (Anna) de ses visions. Malheureusement pour Madeline, Anna et Damian, ils se feront pourchasser parce que Damian commence à découvrir la vérité sur son nouveau corps et sur les pratiques du professeur Albright.

Self/Less est un thriller de science-fiction peu conventionnel. Le film aborde le thème du transhumanisme avec brio et subtilité (parce que ce n’est pas clairement dit dans le film, mais c’est le thème). Quand j’entends parler de transhumanisme, c’est souvent des améliorations technologiques apportées au corps humain (des puces électroniques dans le cerveau, des augmentations corporelles comme des prothèses cybernétiques, etc.). Le transhumanisme est quelque chose qui m’intrigue et qui peut faire peur à plusieurs personnes. Alors, le Self/Less tente d’ouvrir une piste de réflexion sur le sujet. Est-ce que c’est bien ou mal de prendre le corps de quelqu’un d’autre pour vivre éternellement? Le réalisateur Tarsem Singh et les scénaristes David Pastor et Àlex Pastor y répondent à la fin du film.

Comme vous pouvez le constater, j’ai bien apprécié la prémisse du film. Dans Self/Less, les actes que Damian pose et les conséquences qui en résultent sont très bien expliqués, même si ça apportait quelques longueurs au film qui dure environ deux heures. D’un côté, le scénario n’a pas de trou et tout se tient logiquement. Mais de l’autre côté, tous les revirements et toutes les explications rendent le film plus lourd et plus lent. Ce n’est pas dans le sens où c’est trop scientifique et dur à suivre, mais plutôt dans le sens où c’est long avant que le dénouement arrive. En même temps, je ne vois pas trop ce qui aurait pu être coupé parce que chaque élément est justifié et important au déroulement de l’histoire. Le scénario est bien ficelé, mais la fin a été sans surprise, c’est exactement ce à quoi je m’attendais.

Les acteurs livrent une très bonne performance. Le film met Ben Kingsley comme tête d’affiche, mais il n’est pas très longtemps à l’écran. C’est Ryan Reynolds qui est le plus présent à l’écran. Je trouve ça toujours dommage de mettre des acteurs en tête d’affiche pour faire vendre des billets de cinéma, alors qu’ils ne sont pas si présents à l’écran. Par contre, ça ne veut pas dire que Ben Kingsley ne fait pas un bon travail, au contraire, il met en scène parfaitement son personnage riche et malade. Ryan Reynolds fait un super travail à l’écran, autant dans les scènes de blabla que dans les scènes d’action. Le personnage de la petite Anna, interprété par la jeune Jaynee-Lynne Kinchen, est tellement mignon. Il y a une scène où c’est tellement cute ce qu’elle fait et ce qu’elle dit (la dispute entre Damian et Madeline, et sa réaction plus tard à propos du même sujet).

Bref, j’ai bien aimé Self/Less. Ce n’est pas un film parfait, mais en tout cas, c’est un bon divertissement. Je le recommanderais à n’importe qui qui aime les films de science-fiction et les thrillers. Ce long métrage a tout plein de bons éléments pour captiver le spectateur, soit une histoire intéressante, un scénario solide et de l’action.

 

Self/Less

  • Réalisateur : Tarsem Singh
  • Scénariste : David Pastor, Àlex Pastor
  • Acteurs : Ryan Reynolds, Ben Kingsley, Matthew Goode, Michelle Dockery, Matalie Martinez, Victor Garber, Derek Luke
  • Compagnie : VVS Films
  • Genre : Thriller, Science-fiction
  • Date de sortie : 10 juillet 2015
  • Pays : États-Unis
  • Durée : 117 minutes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.