Du 17 au 19 mai dernier, ce déroulait la première édition de la Fête Éclectique Envahissante de l’Abitibi-Témiscamingue 2013.

La FÉE est une fête printanière qui promeut la culture sous toutes ses formes et nous en a mis de toutes les couleurs durant la grande fin de semaine de la fête des patriotes.

Le tout a commencé vendredi à 20h00 avec le FÉEke Band, un concours de « Air musique » où des groupes se livraient une chaude lutte pour savoir lequel était le meilleur dans l’art du « air Band ». Les Juges pour cet événement étaient les musiciens Philippe Lemay et Frédéric Gourde et la députée néo-démocrate de la circonscription de l’Abitibi-Témiscamingue Mme Christine Moore. Nous avons eu droit à Green Fée, les Lovers Cats, S Club 7, Les Tina Turner et Les Fall Out Boys qui ont aussi remporté cet événement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée s’est continuée avec l’auteur-compositeur-interprète Keith Kouna, qui venait faire la promotion de son dernier album « Du Plaisir et des Bombes » sorti en septembre dernier. Digne des  plus grands paroliers du Québec, Keith Kouna nous fait voyager dans son monde avec des mélodies accrocheuses et des textes crus qui ont fait le bonheur des spectateurs.

Boni Suba s’est occupé de continuer la soirée avec leur « néo-rap instrumentalisé sur du rock/blues/funk ». Six gars de Montréal qui ont fait littéralement « sauté la baraque » (même si c’était entouré de béton). Un son très différent de ce que nous sommes habitués d’entendre mais très rythmé. On ne peut s’ennuyer ou ne pas danser avec Boni Suba, sinon ils vous rappelleront comment le bassin fait pour se déhancher.

Les Frères Greffard sont venus terminer la soirée avec leur rock acoustique. Francis, l’ex Star Académicien 2006, et son frère Sébastien nous ont fait revivre le rock des trois dernières décennies avec des artistes comme Ram Jam, Plume Latraverse et plusieurs autres.

Le samedi après-midi se déroulait les activités de la FÉEstivalière au parc de la cathédrale d’Amos. On pouvait y retrouver un Tic Tac Toe humain, un tri-concours de « Roche-Papier-Ciseau », un jeu de « Qui est-ce? (Guess Who) » avec des personnalités amossoises, une course à relais et un concours de coloriage de fusil à eau et un autre à grand coup de « smash » de ballons de volleyball peinturés. L’exFÉErience, un rallye auditif avait aussi lieu : des indications via un enregistrement MP3 guidait les marcheurs à travers la ville.

La soirée de samedi était consacrée à la musique électronique avec la FÉElectronica : cinq DJ se partageraient la scène dont Beat Market, Spindeman et DJ Mark Blais. Environ 200 personnes on assistés à « l’électrification » du stationnement de béton.

Et pour la dernière journée, dès 11h00 vous pouviez aller au brunch des fées qui se déroulait au sous-sol du William café. En après-midi, les ateliers FÉE ton art étaient à l’honneur ainsi qu’une séance de djembé et durant la soirée c’était au tour de la FÉEssée de battre son plein : « Street Impro » s’inspirant du « Punch Club » de Québec sans règles ni contraintes. Deux équipes de trois personnes s’affrontaient au café bistro La P’tite Bouteille. Ce dernier a d’ailleurs tellement eu de succès que les organisateurs ont dû refuser de gens à l’entrée car l’événement a fait salle comble.

Il ne faut pas oublier non plus l’éFÉEmère qui s’est déroulé tout au long de la fin de semaine. De l’art évolutif égayait les rues de la ville : peintures et constructions ont évoluées tout au long de la fin de semaine.

Pour une première édition, les organisateurs Mathieu Larochelle et Jenny Corriveau sont très satisfait et Jenny m’a même confirmé qu’une deuxième édition aurait « assurément » lieu.

Une réponse

  1. Carmen

    Merci pour toutes ces superbes photos. Bravo aux photographes! Ça nous permet d’avoir une idée de l’ambiance.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.