The Mole Song : Hong Kong Capriccio sera présenté le 24 juillet au Festival Fantasia et le film a aussi été présenté le 14 juillet 2017 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Reiji Kikukawa est un policier infiltré dans les Yakuzas. Sa mission : Faire tomber la tête du chef criminel. Malgré sa maladresse et son intelligence quelque peu déficiente, Reiji réussit à prévenir des guerres sanglantes entre plusieurs clans de Yakuza. Grâce à ses exploits (du premier volet de The Mole Song), Reiji a réussi à monter en grade. Il est maintenant le bras droit Hiura/Crazy Papillon et il est aussi le garde du corps personnel de Todoroki, le chef du clan Sukiya -kai. La fille de Todoroki se fait enlever par les Dragon Skulls, un gang chinois rival. Reiji tentera de secourir la jeune demoiselle en détresse.

 

Même si c’est une suite, The Mole Song : Hong Kong Capriccio réussit à se faire comprendre sans avoir vu le premier film (c’est mon cas). Le premier volet de The Mole Song a été présenté en 2014. Le film ouvre avec un petit récapitulatif. En même temps, l’histoire est tellement absurde que ça se tient tout seul. C’est sûr, il me manque peut-être des références sur les personnages et les relations entre eux.

L’humour comme l’histoire joue beaucoup sur la perversité du personnage principal. Donc, il faut s’attendre à des blagues en bas de la ceinture et très sexuelles. L’histoire est divertissante, mais à certains égards, c’est un peu trop absurde et c’est n’importe quoi comme l’ouverture du film où Reiji se retrouve nu et suspendu à une cage avec des Yakuzas à l’intérieur qui est transporté à travers la ville par hélicoptère. En tout cas, ça donne le ton du scénario quand on n’a pas vu le premier film. Et l’histoire devient de plus en plus n’importe quoi plus que ça avance. Les personnages sont très caricaturaux, surtout Reiji qui est le typique gars blond qui est un pervers sans avoir de relation amoureuse et qui est un Yakuza que l’on peut retrouver dans les mangas japonais.

Bref, The Mole Song : Hong Kong Capriccio est un film divertissant. Il ne faut pas s’attendre à du grand cinéma, mais ça fait amplement le travail pour un film de ce genre. Ça reste un film explosif et très coloré comme ce que fait Takashi Miike.

 

The Mole Song : Hong Kong Capriccio

[Fantasia 2017] The Mole Song: Hong Kong Capriccio de Takashi Miike – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Comprendre sans avoir vu le premier film
  • Des personnages intéressants
Les moins
  • Un scénario qui ressemble à n'importe
3.0Note Finale

Laisser un commentaire