Green Room a été présenté le :

  • Vendredi 16 octobre à 21 h 30 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)
  • Samedi 17 octobre à 13 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)

Un petit groupe de musique punk tente de gagner leur vie en jouant dans des petits bars miteux. Après un spectacle dans un diner, ils se font proposer de jouer dans un club néonazi. Étant fauchés, ils acceptent sans trop savoir dans quoi ils s’embarquent. Après avoir performé sur scène, ils sont témoins d’un meurtre. Alors, ils seront coincés dans la loge, presque pris en otage par cette bande de fous furieux qui ne veut pas que leurs secrets soient exposés. La situation prendra une tout autre tournure quand le groupe reprendra la situation en main. Cependant, ça ne durera pas longtemps… Le boss de la place (Patrick Stewart) est prêt à tout pour éliminer tous les témoins de la scène.

La situation dans laquelle le groupe se retrouve est assez surréaliste. Il faut dire qu’ils étaient venus pour jouer et se faire un peu d’argent. Cependant, la situation dégénère après cette macabre découverte. Green Room est un film très dur et aussi très violent. Les scènes sont  très graphiques et par moment, c’est très gore. Ça donne des frissons dans le dos. Pour doser ce massacre, les dialogues ont une pointe d’humour, ce qui aide à alléger la situation. Les dialogues sont magnifiques et c’est merveilleusement bien interprété par une distribution que je ne connaissais pas tant que ça, sauf Patrick Stewart. C’était l’une des raisons qui a fait que je voulais voir ce film. Patrick Stewart donne une bonne performance dans le rôle du patron vicieux et effrayant. Autre M. Stewart, il y a Imogen Poots (Need for Speed, 28 Weeks Later), Alia Shawkat (Arrested Development, Three Kings), Anton Yelchin (Les deux derniers Star Trek), Mark Webber (Scott Pilgrim vs. The World, 13 Sins), Macon Blair (Blue Ruin qui est le précédent film de Jeremy Saulnier), et plus encore.

Le scénario est très intéressant. Avant d’entrer dans le cœur de l’action et du massacre, l’histoire prend soin de bien établir la situation et de bien mettre en place chacun des éléments qui rendent ce film saisissant et brutal. Le scénario comporte plusieurs revirements de situation. Chaque fois que l’on pense que les membres du groupe vont s’en sortir, il y a quelque chose pour renverser la vapeur et rendre l’histoire encore plus palpitante et gore. J’ai trouvé qu’il y avait de belles façons inventives pour se sortir de ce pétrin. Il y a une belle complicité entre les acteurs et leurs personnages.

Chaque élément du décor rend l’ambiance du film encore plus lugubre. Il y a un riche univers sombre dans ce bar néonazi. Par contre, les références au néonazisme ne m’ont pas sauté aux yeux. C’est seulement en relisant la page du film sur le site du FNC que j’ai réalisé que c’était du néonazisme. Il faut dire que ce n’est pas des symboles que je vois régulièrement. Qu’ils soient néonazisme ou non, ça reste que les gens de ce bar miteux sont pas mal fous et ils sont prêts à tous pour que leurs secrets restent cachés. La trame sonore est ingénieuse et elle aide grandement à augmenter la tension et le stress dans les scènes.

Réflexion : Je trouve que le duct tape est encore une solution à tout. Dans le film The Martian, le personnage de Matt Damon l’utilise à toutes les sauces pour réparer et colmater ses problèmes. Dans le film Green Room, c’est utilisé comme pansements. Je n’ose pas imaginer une fois enlever comment ça va faire mal sur une blessure profonde.

Bref, Green Room est présentement le meilleur film que j’ai vu au Festival du Nouveau Cinéma. C’est un film dur psychologiquement et assez gore. Ce que j’ai apprécié, c’est que Green Room évite de tomber dans les pièges émotionnels et sentimentaux. Oui, les membres du groupe vivent un moment terrifiant et épeurant, mais il y a toujours un moment ou une séance de motivation. Le film Green Room évite les clichés et il propose un excellent huis clos entremêlé d’un film de survie. Green Room est un film à voir absolument. Ça me donne envie de découvrir ce que le réalisateur Jeremy Saulnier a fait auparavant.

 

Green Room

  • Réalisation : Jeremy Saulnier
  • Scénario : Jeremy Saulnier
  • Interprètes : Imogen Poots, Patrick Stewart, Alia Shawkat
  • Thriller, Humour, Musique, Crime
  • États-Unis
  • 2015
  • 94 min
  • Anglais
  • Temps Ø
  • nouveaucinema.ca/fr/films/green-room
    • Vendredi 16 octobre à 21 h 30 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)
    • Samedi 17 octobre à 13 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)

Laisser un commentaire