Journey to the Shore a/sera présenté le :

  • Jeudi 8 octobre à 14 h 00 au Cinéma du Parc 1
  • Samedi 17 octobre à 16 h 30 à l’auditorium Alumni H-110 (Université Concordia)

Le mari de Mizuki (Eri Fukatsu) est porté disparu depuis trois ans. Un jour, Yusuke (Tadanobu Asano) revient et il demande à Mizuki de faire un voyage avec lui. Au début, Mizuki ne comprend pas trop ce qui se passe puisqu’il est mort depuis quelques années. Le lendemain, elle croyait avoir rêvé d’avoir discuté avec Yusuke et de lui avoir préparé quelque chose à manger, mais elle réalise qu’il y a de la vaisselle sale et qu’il est toujours présent. Elle accepte de partir dans ce périple avec Yusuke. Mizuki et son mari-fantôme iront dans plusieurs lieux où Yusuke a visité durant sa vie. Mizuki sera en contact avec des gens et des objets qui lui feront comprendre son mari et qui lui feront accepter son deuil. Pourquoi Yusuke est-il revenu voir Mizuki ? Qu’est-ce qu’elle découvrira à travers ce voyage ?

Journey to the Shore raconte une histoire d’amour entre un défunt (fantôme) et une femme. La perte d’un être cher est le cœur de cette histoire du réalisateur Kiyoshi Kurosawa. À travers du voyage spirituel de Mizuki, la thématique du blâme et du regret revient souvent. Que ce soit par le toucher d’un objet ou une réflexion sur un événement, Mizuki se blâme de ne pas avoir réalisé que Yusuke était malade avant de mourir, lui-même ne s’en est pas rendu compte. Heureusement pour atténuer ce côté négatif, il y a une trame sonore réconfortante. En visionnant la bande-annonce, je croyais que ce serait plus un « feel good movie », mais Journey to the Shore n’est pas venu me chercher. C’est peut-être parce que j’avais un sentiment de lassitude et d’ennui en regardant ce film. Il y a des longs métrages qui se déroulent très lentement, mais qui sont intéressants. Pour ma part, ce ne fut pas le cas, c’était long et encore long. Si je peux trouver un point positif à cette lenteur, c’est le voyage que le film Journey to the Shore nous fait faire. Et ça nous montre de magnifiques paysages du Japon (autant urbain que rural).

Aussi, il y a des paroles qui m’ont marqué dans ce film. La première est « La beauté disparait avec le temps », je n’ai pas remarqué dans quel contexte ça a été dit, mais j’ai trouvé ça tellement beau et ça marchait avec la scène. La seconde fait réfléchir, « Il est plus facile de laisser des choses incomplètes », ça se passe quand Mizuki revoit son père. Il y a quelque chose de poétique et qui fait réfléchir parce qu’on entend souvent dire que les gens auraient préféré en faire plus avant de tomber malade (ou de mourir).

Les fantômes dans le film Journey to the Shore m’ont paru étrange. Je ne sais pas pourquoi certains d’entre eux étaient tangibles et visibles par tous (Yusuke), tandis que d’autres ne les sont pas (voir le marchand/éditeur de journal). D’un côté, je peux comprendre que Yusuke est l’un des personnages principaux qui guident Mizuki vers l’acceptation du deuil par le processus d’un rituel spirituel. Par contre, tout ce cheminement spirituel n’est pas vraiment expliqué.

Bref, je n’ai pas tant apprécié le film Journey to the Shore. Le rapport avec la mort et les souvenirs d’un être cher est intéressant. Souvent, les objets sont forts en émotion, surtout quand c’est le cas d’un proche disparu. Ce film le rend très bien, mais en même temps, l’histoire avance à pas de tortue. La réalisation et les plans de caméra sont très beaux, c’est juste que le rendu final du scénario ne m’a pas énormément enchanté. Je suis sûr que ce film plaira à des gens qui sont beaucoup plus spirituels que moi.

 

Journey to the Shore

  • Titre original : 岸辺の旅 (Kishibe no Tabi)
  • Réalisation : Kiyoshi Kurosawa
  • Scénario : Takashi Ujita, Kiyoshi Kurosawa
  • Interprètes : Eri Fukatsu, Tadanobu Asano, Yu Aoi, Akira Emoto
  • Drame, Fantaisie, Spiritualité
  • Japon, France
  • 2015
  • 127 min
  • Japonais (sous-titre anglais)
  • Présentation spéciale
  • nouveaucinema.ca/fr/films/journey-to-the-shore
    • Jeudi 8 octobre à 14 h 00 au Cinéma du Parc 1
    • Samedi 17 octobre à 16 h 30 à l’auditorium Alumni H-110 (Université Concordia)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.