Yakuza Apocalypse a été présenté le :

  • Mardi 13 octobre à 19 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)
  • Mercredi 14 octobre à 21 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)

Sans trop savoir ce qui se passe, le film Yakuza Apocalypse nous plonge directement dans une grosse scène de combat. Il y a un massacre et beaucoup de sang. Il y a un homme qui ne semble pas vouloir mourir après avoir reçu plusieurs balles et coups de couteau dans le ventre. On se rend compte qu’il est un vampire. En plus d’être cette créature maléfique, il est aussi le chef des Yakuza. Comme chef, il est bienveillant envers la population, et les citoyens l’adorent. Un cartel ennemi va se débarrasser du chef Yakuza, mais ils ne savaient pas qu’il était un vampire. Avant de mourir, il transformera son jeune protégé Kageyama. L’apocalypse se déclenchera… Kageyama tentera de venger l’ancien chef Yakuza. Il devra affronter un étrange prêtre, un geek bagarreur, une mascotte-grenouille et encore plus…

Si vous trouvez que mon résumé du film a du sens, attention, le visionnement du film Yakuza Apocalypse ne fait aucun sens. Le film Yakuza Apocalypse mélange plusieurs styles cinématographiques comme les films de yakuzas, de vampires, de yokais (créatures mythologiques japonais), de kaijus (monstres géants), le tout entremêlé d’humour absurde et d’une touche de western. Ce film fusionne tout ce qu’il y a d’intéressant au cinéma et les transforme en quelque chose d’indescriptible. Mystère, absurdité, humour, c’est un film où il faut mettre son cerveau sur pause le temps du visionnement et il faut embarquer dans l’aventure (ou le délire) cinématographique du réalisateur Takashi Miike et du scénariste Yoshitaka Yamaguchi.

Dans les choses qui ne font pas de sens, il y a le dangereux terroriste homme-mascotte-grenouille, le chef du cartel ennemi qui est un homme au bec d’oiseau et à la carapace de tortue, le kanji « 吸 » qui signifie « suck » et qui apparait sur le front des humains quand ils se font mordre, le cours de vampirisme que Kageyama reçoit, la capitaine (nouvelle chef des yakuzas) qui entend un son de tuyau vide dans sa tête (perçu aussi par les autres) et qui veut faire pousser des enfants-plantes, et encore plus de choses absurdes. Néanmoins, cette absurdité est allégée par une grande dose d’humour.

Yakuza Apocalypse n’est pas un film parfait. Il y a plusieurs éléments décevants dans ce film. Premièrement, il y a un manque d’explications sur la raison de vouloir prendre la place du chef Yakuza et d’où sortent ces créatures uniques et absurdes. Deuxièmement, le prêtre-exterminateur de vampire a un terrible accent et il ne parle qu’en anglais. J’ai eu beaucoup de difficulté à le comprendre. Troisièmement, la fin qui ne fait aucun sens (bah, comme le film en général). Mais, c’est plutôt sur le manque de dénouement. Je ne peux pas dire que le film se conclut vraiment. Je me demande même s’il y a une suite ou quelque chose du genre.

Bref, Yakuza Apocalypse est un bon film de vengeance et de vampires. La plupart du temps, c’est surréaliste et divertissant. Je ne sais pas si c’est un film à voir absolument (ce n’est pas le meilleur film que j’ai vu), mais ça vaut la peine de vivre cette expérience cinématographique.

 

Yakuza Apocalypse : The Great War Of The Underworld

  • Titre original : 極道大戦争 (Gokudo Daisenso)
  • Réalisation : Takashi Miike
  • Scénario : Yoshitaka Yamaguchi
  • Interprètes : Hayato Ichihara, Lily Franky, Yayan Ruhian
  • Compagnie : Nikkatsu, Les films Séville
  • Action, Comédie, Humour
  • Japon
  • 2015
  • 115 min
  • Japonais (sous-titres anglais)
  • Temps Ø
  • http://nouveaucinema.ca/fr/films/yakuza-apocalypse
    • Mardi 13 octobre à 19 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)
    • Mercredi 14 octobre à 21 h 00 au Cineplex Odeon Quartier Latin (Salle 10)

Laisser un commentaire