The Sion Sono a été présenté le 9 octobre durant le FNC 2016 et il y aura une seconde représentation le samedi 15 octobre à 19 h 00.

The Sion Sono a été tournée en 2014 et 2015 durant le tournage de The Whispering Star. C’est un documentaire qui nous plonge dans la tête du cinéaste Sion Sono. Il est l’un des réalisateurs « les plus féroces et le plus actuel » du Japon. Sion Sono est un auteur, un peintre, un réalisateur, un poète, un musicien, un cinéaste de grande envergure. Ce documentaire fait un portrait de Sion Sono et tente de nous faire comprendre l’univers du réalisateur.

Sion Sono a sorti 4 films en 2015 : Love & Peace, TAG, Shijuku Swan, The Whispering Star [vu, mais je n’ai pas fait la critique]. Ce qui est assez exceptionnel au cinéma ! Et il a fait 39 films depuis 1984.

Life is messed up

Dans ce documentaire, il est intéressant de faire cette incursion dans l’univers de ce réalisateur aux idées déjantées et explosées. De la manière dont le documentaire présenté, le réalisateur Arata Oshima nous dresse un portrait du personnage qu’est Sion Sono avec ses idées et ses philosophies sur la vie et sur l’art. Par la suite, on entre plus dans le processus de création de cet artiste pluridisciplinaire. On découvre aussi un côté plus personnel du réalisateur en allant voir sa sœur et ses souvenirs d’enfance.

Life isn’t about good or bad

À l’image de ses films, Sion Sono est un personnage assez trash dans la vie de tous les jours, mais il peut prendre le rôle de père de famille sur le plateau de tournage afin que ses productions soient parfaites. Il est à la fois un outsider dans l’industrie cinématographique japonais puisqu’il n’aime pas être catégorisé. Ce qui est fou, c’est si Sion Sono avait fait ses plus récents films 20 ans plus tôt, il aurait révolutionné le cinéma moderne japonais ! Mais il est trop un outsider pour certains producteurs. Il dit que ses films doivent sortir des conventions, tout en restant intéressants pour le public.

Paint, express and live

Bref, Sion Sono est provocateur et non-conventionnel. C’est sûrement ce qui fait sa force en tant qu’artiste pluridisciplinaire ! Pour ma part, j’ai quand même bien aimé le documentaire. Je ne crois pas que ce film va aider le spectateur à mieux comprendre ses films, mais ça nous donne une bonne idée du personnage qu’il est.

 

The Sion Sono

[FNC 2016] The Sion Sono – Critique du documentaire
La réalisation
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Découvrir le réalisateur
  • Comprendre sa créativité (folie)
  • Ses philosophies de vie
3.5Note Finale

Laisser un commentaire