Close-Knit sera présenté le 8 juillet 2017 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Tomo est une fillette de 11 ans et sa mère ne s’occupe pas tellement d’elle. Un jour, la mère disparait sans laisser de mot (encore une fois). Tomo se retrouve toute seule, mais une chance que son oncle Makio est là pour s’occuper de sa nièce. La copine de Makio, Rinko, est une femme transsexuelle. Même si les gens ont de grands préjugés envers Rinko, ça ne l’empêche pas de se dévouer pour la petite Tomo. Ensemble, ils font une vraie famille unie!

 

WOW! Close-Knit est tellement un film beau et touchant. Ce film fait partie de la section LGBTQ du festival et c’est un film qui vaut le déplacement.

Même si ce drame a une histoire quelque peu sans extravagance, l’histoire de Close-Knit est une belle surprise. C’est une histoire de famille bien normale, mais cette petite touche (le personnage de Rinko) vient totalement changer la donne.

Le scénario nous fait découvrir la vie de tous les jours de Tomo, Makio et Rinko. Ce n’est pas toujours facile pour Rinko de vivre dans la société d’aujourd’hui. Les préjugés (et même la peur) envers les personnes trans sont bien représentés, même s’il ne devrait pas en avoir. Plusieurs événements dans le film montrent le « malaise » de certaines personnes qui sont portées à faire des gestes envers les transgenres (ce n’est rien de grave, mais c’est quand même triste et déchirant à voir). Ce n’est pas que Rinko qui est affecté par les réactions de la société, c’est aussi ceux qui les entourent qui en subissent aussi les conséquences.

L’histoire est une petite douceur amusante à voir. Ça se reflète dans la narration et dans le jeu des personnages qui sont fabuleux. J’adore le fait que l’histoire porte autour d’un personnage transgenre, mais ce qui est légèrement décevant, c’est que le personnage de Rinko n’est pas joué par une personne trans. C’est une Idole très populaire au Japon (Toma Ikuta). Mais bon, c’est seulement au moment de faire cette critique que je me suis rendu compte de ce fait. Ça n’a pas du tout affecté mon opinion que j’ai sur ce film puisque Toma Ikuta est à s’y méprendre à l’écran. En plus, les trois personnages (Tomo, Rinko et Makio) ont tellement une belle chimie ensemble. Ce lien familial est absolument beau et touchant puisqu’il a un moment où la jeune Tomo réalise ce que les gens pensent de Rinko et elle la défend. C’est un beau moment magique.

Bref, Close-Knit fait un grand pas en incorporant un personnage transgenre au cinéma. Même si le scénario ne raconte pas des aventures rocambolesques, ce drame est désarmant et émouvant à voir. Si seulement tout le monde pouvait voir ce film afin de mieux comprendre la situation des personnes transgenre, je crois que ça évitera beaucoup de problèmes pour ses personnes qui ont une vie normale comme n’importe qui. Close-Knit est un grand film.

 

Close-Knit

  • Titre original : 彼らが本気で編むときは (Karera ga honki de amu toki wa)
  • Réalisation : Naoko Ogigami
  • Scénario : Naoko Ogigami
  • Interprètes : Toma Ikuta, Kenta Kiritani, Rinka Kakihara
  • Drame
  • Japon
  • 127 min
  • Japonais, sous-titré en anglais
  • https://www.filmlinc.org/films/close-knit/
[NYAFF 2017] Close-Knit de Naoko Ogigami – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les liens entre les personnages
  • Mettre un personnage trans à l'avant-plan
  • Une histoire touchante et émouvante
Les moins
  • Quelques scènes très anodines
4.5Note Finale

Laisser un commentaire