Happiness sera présenté le 14 juillet 2017 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Un étrange homme, Kanzaki, arrive dans un petit village japonais. Celui-ci transporte une machine bien spéciale. C’est un casque qui sert à remémorer le moment le plus joyeux de notre vie. Après l’avoir fait essayer à une vieille dame, tout le village veut faire l’expérience de cette machine. Mais Kanzaki reste toujours aussi triste même s’il redonne la joie aux villageois.

 

Le film débute de manière assez lente. C’est gris, terne et assez sombre. Tous les villageois sont dans un mode dépressif. Ça donne le ton au film qui est très bien représenté à l’écran. Quand Kanzaki arrive et que l’on découvre sa machine du bonheur, j’ai trouvé que c’était une bien bonne idée. Par contre, j’ai moins aimé la direction que le scénario a prise quand on commence à cerner ce mystérieux Kanzaki. On se rend compte que le personnage est torturé par des événements du passé et il veut rendre justice à ce qu’il a vécu. Si la ville est assez grise, ce n’est rien à comparer à Kanzaki. Au moins, toutes les émotions et cette grisaille se transposent bien à l’écran et par les personnages.

Outre la direction que le scénario a prise, j’ai beaucoup aimé l’idée du casque du bonheur. L’apparence de la machine semble un peu terrifiante puisqu’elle ressemble à un mix entre un casque un peu ancien et un dactylo. On ne sait pas trop ce qu’elle va faire à première vue, mais celle-ci applique différentes pressions sur le cerveau afin de lui faire revivre certains souvenirs.

Bref, Happiness est un film original et étrange en même temps. Le film joue sur plusieurs émotions, sans jeu de mots. On y voit un côté sombre (vengeance) et joyeux de l’être humain (souvenir). C’est un film intéressant à voir.

 

Happiness

  • Titre original : ハピネス (Hapinesu)
  • Réalisation : Sabu
  • Scénario : Sabu
  • Interprètes : Masatoshi Nagase, Erika Okuda, Hiroki Suzuki, Tetsuya Chiba, Arisa Nakajima – Ryoko Inoue
  • Drame
  • Japon
  • 91 min
  • Japonais, sous-titré en anglais
  • https://www.filmlinc.org/films/happiness/
[NYAFF 2017] Happiness de Sabu – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • L'originalité de la machine
  • Le côté terne et sombre du film
Les moins
  • La direction que le film a pris
3.5Note Finale

Laisser un commentaire