Japanese Girls Never Die sera présenté le 2 juillet 2017 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Haruko Azumi est une jeune femme ordinaire, elle est célibataire et elle travaille dans un bureau. Un jour, elle disparait sans laisser de trace. Après sa disparition, des graffitis apparaissent dans la ville. Ceux-ci arborent le visage d’Haruko puisqu’ils reprennent l’affiche de disparition de la jeune femme.

 

Il y a parfois des titres de films qui nous intriguent complètement. C’est exactement le cas pour ce film… Japanese Girls Never Die… Hein? Comment des filles japonaises ne peuvent-elles pas mourir? OK, c’est beaucoup plus métaphorique qu’autre chose puisque la traduction du titre original serait « Haruko Azumi is mising ».

À travers l’histoire de deux personnages (Haruko Azumi et Aina Kinami) et pendant deux moments différents, mais proches, l’histoire de ce film porte un regard sur la société japonaise et de la place que les femmes ont dans la société. Ce regard tranchant et très féministe du réalisateur Matsui est très frappant et on sent les protestations contre la misogynie dans la société japonaise contemporaine.

D’un côté, il y a Haruko qui subit les commentaires et les propos insignifiants de ses patrons. Elle cherche l’amour, mais c’est un amour non réciproque de son étrange voisin. De l’autre côté, Aina est une jeune femme qui est un peu plus ouverte au monde, mais elle reste très dépendante affective. Elle se retrouvera à faire des graffitis avec le jeune homme qu’elle désire. Elle aussi vit un amour à sens unique. Bien que les deux jeunes femmes soient complètement différentes, elles se ressemblent beaucoup. Le film démontre le rôle qu’ont les relations amoureuses à notre époque.

Tout ça, est sous la trame de fond d’un groupe de jeunes filles qui terrorise les hommes. Elles tabassent les hommes qui ont des fétiches pour les écolières. C’est un autre aspect que le réalisateur porte sur la société japonaise. C’est assez frappant (sans jeu de mots).

Bien que le titre m’intriguât énormément, je dois dire ne pas avoir tellement apprécié le film. D’une part, la manière dont l’histoire est racontée ne m’a pas tellement accroché puisque c’est seulement à la fin que j’ai vraiment compris que le film me racontait l’histoire de ces deux jeunes femmes à deux moments différents. D’autre part, la trame de fond est assez brutale. Ça aussi, ça m’a pris un certain temps avant de comprendre l’enjeu dans le scénario. Cette brutalité m’a fait penser à Destruction Babies qui est lui aussi présenté à NYAFF 2017. Mais, c’est quand même un film qui est intéressant à voir puisque ça dresse un portrait de la société japonaise contemporaine.

 

Japanese Girls Never Die

  • Titre original : アズミ—ハルコは行方不明 (Azumi Haruko wa Yukuefumei)
  • Réalisation : Daigo Matsui
  • Scénario : Misaki Setoyama (basé sur le roman de Mariko Yamauchi)
  • Interprètes : Yu Aoi, Mitsuki Takahata, Taiga, Shoono Hayama
  • Drame
  • Japon
  • 100 min
  • Japonais, sous-titré en anglais
  • https://www.filmlinc.org/films/japanese-girls-never-die/

Laisser un commentaire