The Lure a été présenté le 19 juillet 2016 dans le cadre du Festival Fantasia.

Deux sœurs-sirènes se retrouvent à chasser des êtres humains sur le bord d’une plage en Pologne. Golden et Silver décident de rester sur la terre afin de profiter des plaisirs humains. Elles se retrouvent sur la scène d’un cabaret érotique où chaque soir elles font un numéro musical et/ou érotique. Elles attirent beaucoup de clients parce qu’elles les charment avec leurs pouvoirs de sirènes. Leur plan se compliquera lorsque Silver tombe amoureuse du bassiste.

The Lure est un étrange film polonais qui mélange beaucoup de genres différents. C’est à la fois une comédie musicale, un film d’horreur, un film d’érotisme, un film romantique et un film fantaisiste. Tout ça réuni ensemble, est-ce que ça en fait trop ? Non, pas vraiment ! Il y a un bel équilibre, mais c’est sûr que la comédie musicale et le fantastique ressortent beaucoup plus.

J’avais beaucoup d’attente envers ce film puisqu’un des programmateurs du festival en a fait beaucoup l’éloge durant la conférence de presse et avant le film. Cependant, je dois dire que j’ai été un peu déçu par le scénario qui manque un peu de mordant à mon goût. Le côté musical prend beaucoup de place sur le scénario, donc j’ai trouvé que la musique prenait le dessus sur le développement de l’histoire. À de nombreux moments, il y a des chansons et ça m’a donné l’impression d’être dans un long vidéoclip d’une heure et demie. Peut-être un des aspects qui ne m’a pas fait si aimer ce film, c’est le chant en polonais. Je ne peux pas dire que ça donne quelque chose de mélodieux à mes oreilles (peut-être une question d’habitude). En tout cas, la musique est agréable, ça passe du synth-pop au punk.

La chose qui m’a fait triper dans ce film, c’est tout le folklore entourant l’univers des sirènes. Je trouve qu’il y a peu de films qui traitent de cette créature folklorique et The Lure fait un excellent travail pour nous présenter les différents aspects et les mythes autour des sirènes. Les corps de Golden et Silver sont très bien faits lorsqu’elles ont l’apparence des sirènes. Il y a un côté visqueux perceptible à l’écran. Et c’est tellement drôle quand elles ont leur forme humaine. Le patron du cabaret les décrit comme « smooth as Barbie doll » (dans le sens qu’elles n’ont pas de vagin ni d’anus). C’est un peu WTF comme situation quand il dit ça.

Bref, je suis un peu mitigé sur mon appréciation de The Lure. D’un côté, je n’ai pas tellement aimé l’histoire. Et de l’autre, j’aime l’univers sombre dans lequel évoluent ces deux charmantes sirènes. Je crois que c’est quand même un film à voir parce que ça mélange beaucoup de genres cinématographiques.

 

The Lure

  • Titre original : Córki dancingu
  • Réalisation : Agnieszka Smoczynska
  • Scénario : Robert Bolesto
  • Interprètes : Marta Mazurek, Michalina Olszanska, Jakub Gierszal, Kinga Preis, Andrzej Konopka
  • Fantastique, Romantique, Musical, Horreur, Érotique, Comédie
  • 92 min
  • Pologne
  • Polonais, sous-titré en anglais
  • http://www.fantasiafestival.com/2016/fr/films-et-horaire/30/the-lure
  • 19 juillet 2016
[Fantasia 2016] The Lure de Agnieszka Smoczynska– Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les sirènes
  • Les mythes sur les sirènes
  • Le mélange de genres
Les moins
  • Trop de chanson
  • Le chant polonais
  • Un scénario moyen
3.5Note Finale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.