The Bacchus Lady a été présenté le 1er juillet 2016 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Qu’est-ce que le terme Bacchus Lady signifie ? Ce terme désigne des femmes coréennes âgées de 50 ans et plus qui se prostituent (elles peuvent être âgées de 80 ans). Elles sollicitent des hommes du même âge dans les parcs et les plazas (il y a même des hommes plus jeunes qui usent de leurs services). À l’origine, elles vendent des bouteilles de Bacchus, une boisson énergétique. L’acte sexuel est rémunéré à un faible revenu de 18 à 30$.

So-young est une vieille dame vivant seule et sans réelle famille. Elle se prostitue afin de pouvoir vivre. Après avoir attrapé la gonorrhée, elle doit trouver de nouvelles sources de revenus. Un jour, So-yong revoit un ancien ami/client qui lui parle d’un autre ami qui se trouve à l’hôpital pour la fin de ses jours. Cette visite à l’hôpital la plongera dans un business totalement différent… celui de l’aide à mourir.

Dès le début, il y a une trame sonore joyeuse (« feel good »), ce qui donne l’impression que le film sera léger et amusant. Mais ce n’est pas vraiment le cas. The Bacchus Lady est un étrange film qui parle de plusieurs sujets (certains sont tabous) de la Corée du Sud comme la vieillesse (et bien sûr, la solitude qui l’entoure), la mort, l’armée américaine qui utilisent des prostituées coréennes, du refus de paternité des Coréens envers des enfants des pays du Sud-Est de l’Asie, de la sexualité chez les personnes âgées, la négligence envers les aînées, etc.

Le scénario de The Bacchus Lady est assez surprenant. Ce n’est pas amené de manière légère ni trop lourde. Au moins, ça ne tourne pas en satire. Cependant, j’ai de la difficulté à mettre des mots pour décrire le film. Le rythme de l’histoire est lent et l’absence de trame sonore n’aide pas à rendre le film plus attrayant.

Le film met en vedette Youn Yuh-jung, une fantastique actrice très appréciée en Corée du Sud. Elle incarne avec brio son personnage de prostituée dans la soixantaine. Son personnage est touchant par les gestes qu’elle accepte de faire et en même temps, c’est assez dérangeant (l’aide vers la mort et non la sexualité).

Bref, je ne peux pas dire que j’ai vraiment aimé The Bacchus Lady, même si le film aborde des sujets sérieux qui font réfléchir sur notre société contemporaine. Le sujet n’est pas très lourd, mais c’est assez étrange. Je ne sais pas quel genre de public va apprécier ce film qui a une belle sensibilité.

À noter que The Bacchus Lady sera aussi présenté durant la 20e édition du festival Fantasia.

 

The Bacchus Lady

  • Titre original : 죽여주는 여자
  • Réalisation : E J-yong
  • Scénario : E J-yong
  • Interprètes : Youn Yuh-jung, Yoon Kye-Sang, Jeon Mu-Song, An A-zu, Choi Hyun-jun
  • Drame
  • Corée du Sud
  • 110 min
  • Coréen, sous-titré en anglais
  • http://www.filmlinc.org/films/the-bacchus-lady/
  • 1er juillet 2016
[NYAFF 2016] The Bacchus Lady de E J-yong – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les sujets tabous
  • Youn Yuh-jung
Les moins
  • Les sujets étranges
  • La lenteur du scénario
3.0Note Finale

Laisser un commentaire