The Laundryman sera présenté le 25 juin 2016 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

La compagnie de l’entrepreneuse A-gu offre un service de tueurs à gages dans une buanderie. Un de ces tueurs à gages est pris avec un sérieux problème. Il est hanté par les fantômes de ses victimes. Pourquoi le suivent-ils ? C’est ce que l’homme va tenter de découvrir. Il sera aidé de Lin, une médium qui peut prendre possession des fantômes. Le tueur à gages et Lin découvriront-ils les secrets des fantômes et de ce qui entoure la buanderie ?

 

Quand j’ai visionné la bande-annonce de ce film (pour choisir les films que j’allais regarder), je trouvais que la prémisse semblait assez amusante et intéressante, soit un tueur à gages employé par une buanderie est hanté par des fantômes. Par contre, mon intérêt s’est vite dissipé plus que je regardais le film.

Il y a plusieurs choses décevantes dans ce film. L’une d’entre elles, c’est les combats. Habituellement, les films asiatiques nous proposent des scènes à couper le souffle. Ce n’est pas exactement le cas pour The Laundryman. Premièrement, il n’y a pas beaucoup d’action dans cette comédie d’action et « d’horreur ». Deuxièmement, la majorité des combats (et il y en a peu) utilise des effets de ralenti. C’est un peu décevant à regarder même si les chorégraphies de combats sont bien faites.

La seconde chose qui m’a déplu, c’est les quelques longueurs du scénario. Le protagoniste découvrira qui l’a engagé pour tuer le premier fantôme qui le hante. Puis le second, et ensuite le troisième. Et finalement, il reste une jeune fille fantôme dont le mystère est la clé de l’histoire. J’ai trouvé que c’était la seule dont le mystère l’entourant était intéressant.

The Laundryman n’a pas que des défauts. J’ai bien aimé ce que le tueur est prêt à faire pour accomplir sa mission. À un moment, il se travestit, ce qui apporte des moments cocasses avant et pendant l’assassinat. Le tueur prend des selfies avec les fantômes pour tenter de prouver leur existence. Ça aussi c’est charmant. La personnalité du personnage est rigolote. Il joue les gars durs, mais dans le fond il a peur des fantômes. Lin qui l’aide est aussi un personnage intéressant. Il y a une dualité où elle est une médium cynique, un peu escroc et surtout à l’argent, mais elle a une conscience puisqu’elle aide le protagoniste.

Bref, The Laundryman n’est pas un mauvais film. J’ai bien aimé l’idée de base, mais j’ai trouvé que sa réalisation manquait de finesse. J’ai quand même eu du plaisir bien que le scénario soit long. The Laundryman réussit à mélanger deux styles (tueur à gages + côté spirituel des fantômes) et de faire quelque chose d’amusant. Le film vaut quand même le déplacement et vous allez être diverti.

 

The Laundryman

  • Titre original : 青田街一號 (Qingtian jie yi hao)
  • Réalisation : Lee Chung
  • Scénario : Chen Yu-Hsun, Lee Chung
  • Interprètes : Joseph Chang, Sonia Sui, Wan Qian, Yann Yann Yeo, Shao-Huai Chang, Meng-Chieh Kao, Peggy Tseng
  • Combat, Spiritueux
  • Taïwan
  • 110 min
  • Mandarin, sous-titré en anglais
  • http://www.filmlinc.org/films/the-laundryman/
  • 25 juin 2016
[NYAFF 2016] The Laundryman de Lee Chung – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Le mystère des fantôme
  • Le mélange de genres
  • ...
Les moins
  • Le scénario qui est long
  • Les ralentis durant les combats
  • Le peu d'action
3.0Note Finale

Laisser un commentaire