Twisted Justice sera présenté le 22 et le 28 juin 2016 dans le cadre du New York Asian Film Festival (film d’ouverture du festival).

Twisted Justice suit la carrière du policier Moroboshi pendant 26 ans. Au cours du film, on voit évoluer Moroboshi de débutant à inspecteur en chef de la police de la préfecture d’Hokkaido. Sa carrière a connu des hauts et des bas et on voit comment il a gravi les échelons avant de se faire arrêter pour trafic d’armes et de drogues.

Le film Twisted Justice est basé sur un roman non fictif de Yoshiaki Inaba (livre : Hajisarashi Hotsukaidoukei Akutoku Keiji no Kokuhaku). Après avoir fait 9 ans de prison, l’auteur a décidé de publier un livre en se basant sur son expérience comme policier « corrompu ».

Ce qui est intéressant du film, c’est de voir comme le personnage de Moroboshi est passé de débutant, champion de judo, avec des belles convictions et qui aspirent à être le meilleur à un policier corrompu ressemblant à un yakuza. Le scénario nous plonge dans trois décennies où Moroboshi se transforme et perd peu à peu ses convictions de justice et d’égalité. C’est son mentor Murai, un flic véreux, qui lui montrera le métier.

Dès les premières minutes du film, je me suis demandé si c’était un film récent ou non parce que la qualité de l’image et la réalisation donnaient l’impression que c’est un film des années 70. Mais non, le film a été tourné en 2015. Alors, le film a une excellente réalisation et une très bonne direction photographique. Tout est là pour donner cette impression de vintage (texture et coloration de l’image, et la musique). Plus le temps file dans le film, la réalisation et la direction photo conservent cette magnifique ambiance. Par contre, j’ai trouvé que vers les années 2000, l’ambiance 70 ne fonctionnait plus tellement avec le temps. Ça donne un sentiment de vieux et de non actuel.

Le scénario de Twisted Justice est bien amené jusqu’à la moitié du film. Après, j’ai trouvé que l’histoire commençait à s’étirer et à être un peu redondante. La créativité du scénario s’essouffle après un certain temps. C’est dommage parce que la prémisse de Twisted Justice était très captivante.

Bref, Twisted Justice relate la corruption à un haut niveau de la société. L’idée de base et la manière dont l’histoire est racontée étaient accrocheuses, mais le scénario finit par s’étirer (135 min). Ça donne au film un montage un peu long et ennuyant, surtout vers la fin du film. Par contre, Twisted Justice crée une épopée grandiose et sinistre de corruption et du crime organisé. Je crois que ce film va plaire à ceux qui aiment le cinéma policier réaliste.

 

Twisted Justice

  • Titre original : 日本で一番悪い奴ら (Nihon de Ichiban Warui Yatsura)
  • Réalisation : Kazuya Shiraishi
  • Scénario : Yoshiaki Inaba (roman non fictif), Junya Ikegami
  • Interprètes : Gou Ayano, Shido Nakamura, Young Dais Yukio Ueno, Pierre Taki, Munetaka Aoki, Haruna Yabuki, Takuma Otoo, Takayuki Kinoshita
  • Policier, Drame
  • Japon
  • 135 min
  • Japonais, sous-titré en anglais
  • http://www.filmlinc.org/films/twisted-justice/
  • 22 et 28 juin 2016
[NYAFF 2016] Twisted Justice de Kazuya Shiraishi– Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • La direction photo
  • La prémisse
  • De débutant à yakuza
Les moins
  • Un scénario qui s'étire
  • La redondance des actes
  • Le peu d'éléments de surprise
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.