Pride and Prejudice and Zombies Pride and Prejudice and Zombies (Orgueil et préjugés et zombies) prendra l’affiche le 5 février 2016.

Le film Pride and Prejudice and Zombies est une « comédie d’horreur » basée sur le roman du même nom (2009). Celui-ci est une parodie du roman britannique Pride and Prejudice de 1813. De ce que j’ai lu sur ce film, ça reprend l’histoire d’origine, mais en y ajoutant une touche moderne… les zombies. Pourquoi pas ?

Encore un film de zombie ? Oui, mais cette fois-ci, c’est dans les années 1800 que le virus est apparu.

Les Bennet désirent que leurs cinq filles se marient à des hommes bien fortunés. Cependant, il est difficile pour Liz, Jane, Lydia, Mary et Kitty de faire la rencontre d’hommes puisqu’un fléau s’abat sur l’Europe… des zombies envahissent les terres et sèment un climat de terreur à Londres. Les filles Bennet ne sont pas de simples filles sans défense. Elles maîtrisent l’art du combat chinois et des armes à feu.

La plupart des humains ont de la difficulté à reconnaître un zombie, puisque les symptômes de cette mystérieuse maladie ne se manifestent pas rapidement. Et lesdits zombies semblent conserver certaines facultés comme la parole et l’habileté de réfléchir. Une chance, il y a M. Darcy qui se spécialise dans la détection de zombie et l’éradication de ce fléau. Son arme la plus redoutable pour les trouver, il utilise des mouches parce qu’elles sont attirées par la chair morte des zombies.

Est-ce que les filles Bennet trouveront l’amour dans ce monde infesté ?

En commençant, je ne peux pas vraiment comparer l’œuvre originale ni le film avec cette parodie puisque je ne l’ai pas lu ni vu. Ce que je peux voir sur internet, c’est que Pride and Prejudice and Zombies reprend les grandes lignes de l’histoire et y incorpore des scènes de combats contre des zombies.

L’histoire de Pride and Prejudice and Zombies est plus ou moins présente dans le film. C’est un prétexte pour faire des scènes de fêtes (bals) et pour tuer des zombies. Bien que le générique d’ouverture tente d’expliquer comment le fléau des zombies s’est propagé, il y a un côté en moi qui ne s’y intéressait pas à l’origine puisque ça reprend essentiellement ce qui a déjà été dit (une maladie mystérieuse, pas de remède, etc.). Et de l’autre côté, cette explication n’apporte pas grand-chose à l’histoire puisqu’il n’y a pas vraiment d’histoire.

Le film veut reproduire les agissements des gens à cette époque. C’est-à-dire que la femme rêve de se marier avec un homme riche ou un homme qu’elle aime. Et c’est le but « ultime » de la femme… se marier. Cependant, il y a une constante contradiction avec les filles Bennet qui sont des femmes fortes. Ce n’est pas tant l’image de ce qu’on a des femmes de cette époque. Les cinq sœurs Bennet sont des genres de Buffy The Vampire Slayer pour les zombies. Par contre, elles ne réussissent pas à dégager le même charisme que Buffy. Aussi, je n’ai pas réellement senti qu’il y avait des émotions et de l’amour entre les personnages. Ce n’est pas un film romantique ni réellement une comédie. Oui, il y a plusieurs moments des scènes qui m’ont fait sourire, mais ça ne fait que briser le sérieux du film et du possible danger des zombies.

Le titre représente assez bien les Bennet puisque les personnages qui tentent de conquérir le cœur des Bennet ont beaucoup de préjugés sur les femmes et leurs habiletés à se défendre. De l’autre côté, les cinq Bennet ont beaucoup d’orgueil et veulent prouver qu’elles sont capables de se battre. Le scénario de Pride and Prejudice and Zombies est assez prévisible surtout pour les personnages de Liz et Darcy… une relation d’amour-haine.

Il y a une chose que j’ai aimée dans ce film, c’est que Pride and Prejudice and Zombies tente de réinventer le mythe du zombie en leur donnant des facultés qu’on ne voit pas chez un zombie, comme la parole, l’intelligence, la manière d’agir comme un humain et la transformation finale en zombie. Par contre, tout ça n’aide pas à faire de Pride and Prejudice and Zombies un bon film intéressant.

La distribution du film n’est pas si épatante. Oui, il y a plusieurs acteurs connus comme Charles Dance (Tywin Lannister dans Game of Thrones), Lena Headey (Game of Thrones, Terminator : The Sarah Connor Chronicles), ou encore Matt Smith (Doctor Who), mais ils n’ont pas des rôles si important dans ce film. Pride and Prejudice and Zombies laisse la place à de jeunes acteurs et actrices plus ou moins connus. Le personnage de Liz Bennet interprété par Lily James (Cinderella, Wrath of the Titans) est bien. L’actrice prouve qu’elle sait se battre et qu’elle peut être une dure à cuir, mais elle n’en fait pas une performance extraordinaire. J’ai trouvé qu’il manquait de chimie entre Lily James et Sam Riley (Control, Maleficent) qui joue le rôle de M. Darcy. Le personnage de Sam Riley montre une détermination à vouloir éradiquer les zombies, mais son personnage a trop de préjugés envers Liz Bennet pour avouer son amour pour la jeune femme. Jane Bennet jouée par Bella Heathcote (Dark Shadows) est l’une des deux sœurs Bennet à être important dans le film (avec Liz). Par contre, son personnage est assez fade, tout comme Charles Bingley interprété par Douglas Booth (Jupiter Ascending, Noah), un genre de beau gosse riche sans saveur. Ces deux personnages tomberont amoureux, un amour qui n’est pas accepté par Darcy, le meilleur ami de Bingley.

Bref, je n’avais pas réellement d’attentes envers Pride and Prejudice and Zombies. Alors, ma déception envers ce film n’a pas été si grande. C’est ce que je m’attendais, rien d’extraordinaire. Le scénario de ce film est assez moyen et l’histoire ne lève pas vraiment. Même durant les moments de danger, il n’y a pas de peur ni d’attachement aux personnages… vont-ils s’en sortir ? Oui, ils réussissent à s’en sortir, mais je m’en fous un peu. Vous voyez le genre ? Bien que Londres a bâti de superbes défenses autour des palais et des grandes maisons, les zombies réussissent à s’infiltrer quand même. Comment ça ? C’est un mystère ? Pride and Prejudice and Zombies présente plusieurs choses qui auraient pu être intéressantes, mais l’histoire les exploite mal et c’est plutôt inintéressant. Pride and Prejudice and Zombies n’est pas un film que je recommande.

 

Pride and Prejudice and Zombies

  • Réalisation : Burr Steers
  • Scénario : Burr Steers
  • Interprètes : Lily James, Sam Riley, Jack Huston, Bella Heathcote, Douglas Booth, Matt Smith, Charles Dance, Lena Headey
  • Comédie, Horreur, Historique, Parodie
  • États-Unis
  • 108 min
  • Anglais (aussi en français)
  • http://www.ppz-movie.com/
  • Vendredi 5 février 2016

Laisser un commentaire