Terraformars a été présenté le 16 juillet 2016 dans le cadre du Festival Fantasia.

Dans un futur lointain, la population de la Terre est un grave problème. 500 ans plus tôt, des scientifiques ont envoyé sur Mars une tonne de mousses et de blattes afin de rendre la planète habitable. En 2599, une équipe se voit attribuer une mission ultrasecrète, celle d’aller faire le ménage sur la planète rouge. Mars est infecté de coquerelles qui ont muté au cours des 500 dernières années. L’équipe chargée de cette mission est composée de criminels, la racaille de la société. Pour combattre ces coquerelles martiennes aux formes humanoïdes, l’équipe sera modifiée génétiquement afin de pouvoir muter à l’aide d’un sérum en des insectes capables de combattre les Terraformars (coquerelles).

Takashi Miike, célèbre réalisateur japonais, signe cette adaptation en « Live Action » de la populaire série de mangas du même nom (par Yu Sasuga et Kenichi Tachibana).

L’univers futuriste de la Terre en 2599 est totalement fabuleux. On y voit grandement l’influence de film comme Blade Runner. Malheureusement, trop peu de scènes se déroulent dans cet univers. La majorité du temps, l’action se déroule sur Mars où l’équipe doit affronter ces coquerelles mutantes. L’ambiance de Mars est à l’opposé de la Terre, soit des plaines de sables ou de terres rougeâtres.

Les personnages tous distincts les uns des autres ont des habiletés différentes selon l’insecte qui leur a été attribué. En tout cas, il y a eu une belle recherche au niveau des insectes et de la transformation humanoïde. Bien que le film explique avec de belles animations tous les pouvoirs que les personnages acquièrent, ça devient un peu répétitif comme procéder. C’est comme si on voyait toutes les transformations complètes de tous les personnages de Sailor Moon dans un même laps de temps. Aussi, le scénario tente de nous donner l’origine des personnages. Cependant en tant que spectateur, je m’en fous un peu de les connaître. Ça n’ajoute pas tellement de choses pertinentes à l’histoire. Ce qu’on veut voir, c’est les scènes de combats entre les coquerelles martiennes et l’équipe de nettoyeurs.

Le visuel des personnages qui se transforment en insectes humanoïdes est vraiment très beau. Par contre, je n’aime pas tellement le design des coquerelles mutantes. C’est peut-être la façon dont ils ont été créés en CGI.

Bref, Terraformars parle d’un sujet sérieux, la surpopulation, mais c’est amené avec beaucoup de légèreté. Je ne connais pas l’œuvre originale, alors, il m’est dur de les comparer. Néanmoins, Terraformars est divertissant et les amateurs de Takashi Miike vont surement se régaler de son nouveau projet.

 

Terraformars

  • Titre original : テラフォーマーズ (Terafomazu)
  • Réalisation : Takashi Miike
  • Scénario : Kazuki Nakashima
  • Interprètes : Hideaki Ito, Emi Takei, Tomohisa Yamashita, Takayuki Yamada, Shun Oguri
  • Science-fiction, Action
  • 108 min
  • Japon
  • Japonais, sous-titré en anglais
  • http://www.fantasiafestival.com/2016/fr/films-et-horaire/96/terraformars
  • 16 juillet 2016
[Fantasia 2016] Terraformars de Takashi Miike – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Les effets spéciaux
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les transformations en insecte
  • L'univers futuriste
  • ...
Les moins
  • Des «backstory» sans intérêt
  • Le CGI qui fait défaut par moment
  • La répétition des transformations
3.5Note Finale

Laisser un commentaire