Fourth Place a été présenté le 2 juillet 2016 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Malgré qu’il termine toujours les compétitions en 4e place, Juhno est garçon talentueux pour la nage. Sa mère voudrait bien qu’il se classe dans le top 3 et qu’il remporte des médailles. Ce n’est pas par manque de volonté que Juhno ne réussit pas, c’est que sa mère lui met trop de pression sur ses épaules. Sa mère décidera d’engager un entraineur privé, Kwang sot, qui est un ancien athlète professionnel. La première compétition suivant son entrainement, Juhno remporte la seconde place. Lui et sa famille sont très heureux, mais le jeune garçon en aurait subi les conséquences puisque son corps est marqué d’ecchymoses infligées par son nouvel entraineur. 

Le film Fourth Place se divise en deux parties qui sont nettement distinguées à l’écran. La première se déroule en 1998 où l’on découvre Kwang sot comme jeune athlète qui participe au « Asian Swimming Championship ». Cette partie s’illustre en noir & blanc. La seconde partie qui est en couleur se déroule 16 ans plus tard alors que Juhno finit toujours en 4e place.

Au début, je n’ai pas compris le lien entre les deux parties du film. Même après le visionnement, je ne saisis pas pourquoi le réalisateur a décidé de séparer le film par des scènes en noir & blanc et d’autres en couleurs. Je me doute bien que c’est un choix artistique, mais selon moi, 1998 n’est pas bien représenté par le noir & blanc. Ça paraît plus vieux de ce que ça semble.

Ça prend un bon moment avant que le lien se fasse. Néanmoins, on comprend l’origine de la méthode d’enseignement de Kwang sot. Il a été entrainé à la dure et il fait subir le même type d’entrainement au jeune Juhno. C’est vraiment triste de voir que les gens n’évoluent pas avec le temps. Le mauvais traitement subi 16 ans auparavant se répète. C’est désagréable de voir un enfant subir de la violence parce qu’un parent décide que son enfant doit gagner des compétitions.

Le film traite d’une grande variété de sujets comme le sport, les rêves refoulés d’un parent qui le projette vers son enfant, le tabou de la violence vers les enfants (soit l’acception de la maltraitance pour être plus performant et meilleur). Après avoir vu ce film marquant, ça prend un petit moment de réflexion. Dans quelle société est-il acceptable qu’un enfant soit maltraité afin de gagner des médailles ? Si tu as subi quelque chose qui te déplait, ne l’applique pas aux autres, non ?

Fourth Place propose une histoire-choc dont cette situation peut s’appliquer à n’importe quel sport. Le scénario est inégal et je dirais que la première partie est beaucoup trop longue. L’histoire prend trop de temps à mettre en place la situation de Kwang sot. Par moment, j’aurais préféré passer certaines scènes comme celle où il joue à des jeux d’argent. Ce genre de moments s’éternise et ça n’apporte rien au propos principal du film. J’ai trouvé que le scénario s’améliorait dans la seconde partie, mais ça ne veut pas dire que l’histoire m’a paru plus intéressante. C’est peut-être parce que je ne tripe pas vraiment sur les sports que je n’ai pas accroché à l’histoire.

La direction photo est vraiment belle dans la seconde partie. Il y a des scènes à la piscine qui sont magnifiques. Par moment, c’est presque poétique. Quand c’est en noir & blanc, je trouve que l’image manque de richesse et que c’est fade (un manque de contraste dans le noir & blanc).

Malgré ça, je ne peux pas dire que j’ai tellement apprécié ce film. Le sujet est intéressant même si l’histoire s’étire à plusieurs moments. Ce que j’ai aimé, c’est la réflexion que le film apporte.

À noter que Fourth Place sera aussi présenté durant la 20e édition du festival Fantasia.

 

Fourth Place

  • Titre original : 4등
  • Réalisation : Jung Ji-woo
  • Scénario : Jung Ji-woo, Kim Min-ah
  • Interprètes : Park Hae-Joon, Lee Hang-Na, Yoo Jae-Sang, Choi Moo-Sung
  • Drame, Sport
  • Corée du Sud
  • 116 min
  • Coréen, sous-titré en anglais
  • http://www.filmlinc.org/films/fourth-place/
  • 2 juillet 2016
[NYAFF 2016] Fourth Place de Junh Ji-woo – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Les sujets abordés
  • ...
  • ...
Les moins
  • Le noir & blanc VS les couleurs
  • La violence envers un enfant
  • Le sport
3.0Note Finale

Laisser un commentaire