A Violent Prosecutor a été présenté le 8 juillet 2016 dans le cadre du New York Asian Film Festival.

Byun Jae-wook est un procureur aux méthodes peu orthodoxes. Il emploie souvent la violence lors d’interrogatoire afin d’obtenir des aveux. Il se fera piéger pour le meurtre d’un des suspects, ce qui lui voudra une peine de prison de 15 ans. À son arrivée, il recevra un accueil « chaleureux » de ceux qu’il a mis en prison. 5 ans s’écoulent où il réussit à se faire respecter en donnant de judicieux conseils en échange de quelques faveurs.  Un nouveau détenu arrive. Chi-won est spécialiste dans l’escroquerie. Jae-wook et Chi-won font équipe afin de faire éclater le complot contre Jae-wook.

A Violent Prosecutor a trôné sur le box-office sud-coréen depuis le début de l’année et ce n’est pas pour rien, puisque ce film propose un solide scénario amusant et très divertissant. Le film débute avec un générique d’ouverture qui peut rappeler certaines séries télévisées où l’on voit les personnages et leurs rôles. C’est exécuté avec de jolies illustrations en motion. Le scénario met rapidement en place les éléments principaux de l’histoire. Dès le début, ça se sent que Byun Jae-wook va se faire avoir et que l’histoire va se transformer en un scénario classique d’un policier qui s’en va en prison… dans la même que celle où il a déjà envoyé plusieurs criminels. Néanmoins, le scénario ne s’engouffre pas trop dans ce genre de film. Puisque Jae-wook est un procureur, il y a un petit revirement dans l’histoire. Il est très intéressant de découvrir comment ce personnage réussit à sortir son épingle du jeu et à devenir quelqu’un qui est respecté dans la prison.

Les raisons de l’emprisonnement de Jae-wook sont assez classiques pour ce genre de scénario. On comprend rapidement que ce personnage est dérangeant pour certaines personnes hautement placées dans la société (un politicien un peu croche). À certains égards, le scénario ressemble à celui d’Inside Men que j’ai critiqué précédemment. Heureusement, l’histoire d’A Violent Prosecutor est beaucoup mieux ficelée et bien rythmée. Ce film est amusant, divertissant et même si l’histoire ne réinvente pas le genre, c’est très bien joué par le duo de Hwang Jung-min (Byun Jae-wook) et Kang Dong-won (Chi-won).

Leurs deux personnages sont complémentaires et bien que Hwang Jung-min (aussi dans Veteran) détient le rôle principal, c’est Kang Dong-won qui vole la vedette avec son personnage d’escroc adorable et mignon. Son personnage peut se fondre dans toutes les situations inimaginables. C’est l’une des forces de ce fantastique duo improbable entre un homme de justice et un escroc. Il y a une chose qui m’a déplu dans les personnages de ce film, c’est qu’il n’y a que deux personnages féminins et elles n’ont pas de grand rôle.

Bref, j’ai adoré A Violent Prosecutor. Il y a tous les éléments pour faire un bon film policier. L’humour est subtil, mais c’est juste assez présent pour ne pas devenir une comédie clichée. La seule chose qui m’a déplu, c’est la trame sonore qui est très clichée pour ce genre de film. Donc, je recommande fortement A Violent Prosecutor et si vous avez la chance, il est présenté au Festival Fantasia.

À noter qu’A Violent Prosecutor sera aussi présenté durant la 20e édition du festival Fantasia.

 

A Violent Prosecutor

  • Titre original : 검사외전
  • Réalisation : Lee Il-hyeong
  • Scénario : Lee Il-hyeong
  • Interprètes : Hwang Jung-min, Kang Dong-won, Lee Sung-min, Park Sung-woong
  • Policier, Comédie
  • Corée du Sud
  • 126 min
  • Coréen, sous-titré en anglais
  • http://www.filmlinc.org/films/a-violent-prosecutor/
  • 8 juillet 2016
[NYAFF 2016] A Violent Prosecutor de Lee Il-hyeong – Critique du film
La réalisation
Le scénario et l'histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
Les plus
  • Le duo de Hwang Jung-min et Kang Dong-won
  • Le scénario qui est très amusant
  • Un film à voir
Les moins
  • La musique
  • Le manque de personnages féminins
  • ...
4.5Note Finale

Laisser un commentaire